Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen

Paolo Odorico
p. 253-254

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

Littérature, représentations et société à Byzance

1Le monde byzantin est connu surtout par les représentations qu’en ont faites les auteurs dans leurs ouvrages, où tradition littéraire et réalité se mélangent jusqu’à nous empêcher de saisir la réalité. Pouvons-nous utiliser les sources écrites pour cerner la vie quotidienne et non seulement les imaginaires des Byzantins ? Pouvons-nous séparer ce qui appartient au mode expressif, de ce qui est directement inspiré par la quotidienneté ou par la vie réelle ? Nous avons essayé de vérifier la différence entre « réalité » et « représentation » en nous concentrant sur un texte particulier, les Parastaseis Syntomoi Chronikai. Ce texte avait été édité par Preger au début du XXe siècle dans le cadre de son étude générale sur les Patria Constantinoupoieos, censés donner des informations historiques sur la capitale de l’Empire byzantin. Le recueil des Patria comprend une section, les Parastaseis, organisée en presque une centaine de paragraphes où les statues et les monuments de Constantinople sont présentés. Le caractère fabuleux et magique du récit a été d’abord méprisé par les savants, et ensuite, à partir des années 1970, réévalué comme témoignage d’une « Constantinople imaginaire » ou bien d’un imaginaire tout court qui sert à la construction sociale byzantine. La nature de ce texte demeure mystérieuse. Récemment on a avancé l’hypothèse qu’il soit le produit d’une société savante du VIIIe siècle, destiné à rechercher les origines des monuments constantinopolitains. Nous avons examiné attentivement le manuscrit qui peut, seul, nous fournir des indices pour saisir la nature du texte. En étudiant aussi la tradition des Patria, ainsi que le texte de l’Anonymus Treu, et en nous concentrant sur les détails paléographiques et la mise en pages du manuscrit des Parastaseis, nous avons conclu que, loin d’être un texte original du VIIIe siècle, cet ouvrage n’est qu’une collection de textes précédents, dont nous avons identifiés certains, mis ensemble entre la fin du IXe siècle et la moitié du Xe siècle. Nous avons avancé l’hypothèse qu’il s’agit de notes recueillies d’un ensemble plus vaste, le manuscrit, probablement pour servir comme recueil de matériau pour l’écriture d’une chronique. Au séminaire ont participé : Ulrich Moennig, de l’Université d’Hambourg, qui a traité des représentations dans la littérature byzantine du XIVe siècle : ces quatre séminaires, concentrés sur la fiction dans la littérature, ont représentés le pendant de notre recherche sur la fiction des Parastaseis ; Claudia Rapp, directrice de l’Institut byzantin de Vienne, qui nous a parlé du monde des moines à Byzance ; et Polyxeni Adam-Veieni, directrice du musée archéologique de Thessalonique, qui nous a présenté la réalité telle qu’elle ressort des fouilles d’un habitat urbain et d’un habitat rural. D’autres chercheurs de différentes universités européennes ont pris part aux séminaires. Une école d’été qui a eu pour sujet « Outils à Byzance-Outils pour Byzance » a été organisée du 4 au 16 juillet 2012 à Thessalonique, nombre d’enseignants invités y ont dispensé des cours à une quarantaine d’étudiants de niveau master et doctorat en provenance d’une vingtaine de pays.

2Parmi les activités étroitement liées à l’enseignement et à la recherche se situent aussi les conférences données en différents pays, qui ont visé, entre autres, à vérifier le bien-fondé des théories sur la littérature byzantine et de ses liens très étroits avec la société : à signaler notamment la table ronde « Du manuscrit à la production littéraire » organisée en collaboration avec Filippo Ronconi dans le cadre du XXIIe Congrès international d’études byzantines (Sofia, août 2011), les conférences tenues à Madrid « Dans les dossiers des chroniqueurs » (février 2012), à l’Académie roumaine sur le sens de la littérature byzantine (Bucarest, septembre 2011) et la table ronde sur les croisades organisée à Venise en décembre 2011.

Publications

  • La face cachée de la littérature byzantine. Le texte en tant que message immédiat, Actes du colloque international (Paris, 5-7 juin 2008), sous la dir. de Paolo Odorico, Paris, Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes et EHESS, coll. « Dossiers byzantins », 2012.
  • « ONEIROKRITIKA : critique des rêves ou critique par les rêves ? », dans La face cachée de la littérature byzantine, op. cit., p. 11-22.
  • « Cadre d’exposition/cadre de pensée : la culture du recueil », dans Encyclopédic Trends in Byzantium ?, sous la dir. de Peter Van Deun et Caroline Macé, Louvain-Paris, Peeters Publishers, coll. « Orientalia Lovaniensia Analecta », 2011, p 89-107.
  • « L’image des Berbères chez les Byzantins : le témoignage de Corippe », Awal, nos 40-41 (2009-2010), 2011, p. 161-169.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 253-254.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21794

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org