Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et société dans le monde romain

Jean Andreau, François Lerouxel et Julien Zurbach
p. 250-252

Texte intégral

Jean Andreau, directeur d’études
François Lerouxel, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne
Julien Zurbach, maître de conférences à l’ENS

Histoire économique de l’Antiquité classique

1Nous avons cette année poursuivi l’étude du thème déjà abordé en 2010-2011 : la manière dont les grands domaines fonciers pratiquant l’agriculture et/ou l’élevage étaient gérés, en Égypte, aux époques hellénistique (de la fin du IVe à la fin du Ier siècle av. J.-C., sous la dynastie des Ptolémées) et romaine (de la fin du Ier siècle av. J.-C. au IVe siècle apr. J.-C.), Nous avons d’abord brièvement récapitulé ce qui avait été fait l’an dernier. Ensuite, la première partie de l’année a été consacrée à l’époque hellénistique et la seconde à l’époque romaine. Pour les deux périodes, nous nous sommes surtout intéressés au mode de gestion des domaines, à l’organisation de la production et aux caractères de la comptabilité.

2Il existe quelques très grands dossiers, dont nous avions commencé à parler en 2010-2011 : la « dôrea » d’Apollonios au IIIe siècle av. J.-C., et l’immense domaine privé appartenant à Appianus au IIIe siècle apr. J.-C.

3Pour l’époque ptolémaïque, on s’est concentrés sur le dossier de Zénon, qui n’a pas de parallèles. On a abordé ce vaste ensemble pour y chercher des mécanismes de prise de décision, de contrôle et de comptabilité. Les lettres du propriétaire du domaine Apollonios ont été d’abord examinées, selon leur contenu et leur fréquence, puis les rapports entre les différents domaines d’Apollonios, notamment celui de Philadelphie et celui de Memphis, et enfin on s’est attachés à classer et à interpréter les documents comptables, qui restent pour une part assez obscurs. Dans la comptabilité de Zénon, une des rares traces de comptabilité privée du monde grec et hellénistique, la fonction de contrôle l’emporte nettement, semble-t-il, sur les usages économiques possibles et l’aide à la prise de décision.

4Au cours de l’époque romaine, l’importance des terres publiques semble s’être réduite, au profit de la propriété privée ; mais un même domaine peut à la fois se composer de terres privées et de terres prises en location, par exemple à l’État (c’est ce qu’on nommait les terres « royales », ou bien aussi les terres « publiques » à l’époque romaine).

5Nous avons distingué une douzaine de dossiers d’époque romaine, dossiers qui ne datent pas tous du même siècle, afin de comparer leurs caractéristiques. Cette comparaison nous a permis de prendre position par rapport aux débats dont Dominic Rathbone, Dennis Kehoe et Roger Bagnall ont été les protagonistes, notamment au sujet de l’affermage : la ferme n’est pas aussi fréquente que le pense Dennis Kehoe (qui y voit un indice que les propriétaires avaient une stratégie de rentiers) ; mais les cas des propriétaires qui sont en même temps des fermiers d’autres terres ne sont pas du tout exceptionnels ; d’autre part, les plus grands propriétaires ne pratiquent pas tous le système de la ferme. La documentation interdit donc de se rallier à des conclusions simples et univoques.

6Par ailleurs, les cinq séances du mois de mars ont été consacrées aux rapports entre « Géographie, archéologie et histoire économique ». Elles ont été animées par les collègues suivants : Michèle Brunet (Université Lyon 2) et Gilles Sintès (EfA), sur le thème « Géographie et archéologie du territoire dans le monde grec » ; Elisabetta Todisco (Université de Bari), « Appartenenza, identità, autorappresentazione : la vita nei vici tra tadizione rurale e modello urbano » ; Philippe Leveau (Université d’Aix-en-Provence), « L’apport de l’archéologie à l’aménagement du territoire » et Pierre Ouzoulias (M.A.E., Nanterre), « Géographie et archéologie dans l’étude du monde rural gallo-romain ».

7Nous avons en outre eu le plaisir d’écouter quatre autres conférences très intéressantes : celles de Joe Manning (Yale, « Ptolemaic governance and transaction costs »), Damien Agut-Labordère (« Des Statères dans le désert, ou L’argent de l’huile »), Sara Forsdyke (Université de Michigan, « L’esclave et le citoyen dans l’économie de la Grèce ancienne ») et Bernard Eck (Université de Dijon, « Aspects du financement de la guerre chez les Grecs »), Que tous ces conférenciers soient vivement remerciés pour leurs intéressantes contributions.

Publications

  • Avec Pierre Carlier, Charles De Lamberterie, Markus Egetmeyer, Nicole Guilleux, Françoise Rougemont et Julien Zurbach, Études mycéniennes 2010. Actes du XIIIe colloque international sur les textes égéens, Sèvres, Paris, Nanterre, 20-23 septembre 2010, Biblioteca di Pasiphae X, Pise-Rome, 2012.
  • Avec Laurent Capdetrey et Julien Zurbach, Mobilité s grecques. Mouvements, réseaux, contacts en Méditerranée, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Bordeaux, Ausonius, 2012.
  • « Les allusions à l’Antiquité dans le traité de Montchrestien », dans Montchrestien et Cantillon, le commerce et l’émergence d’une pensée économique, sous la dir. d’Alain Guéry, Lyon, ENS Editions, 2011, p. 83-99.
  • « Entrepreneur et entreprise chez Montchrestien et Cantillon », dans Montchrestien et Cantillon, le commerce et l’émergence d’une pensée économique, op. cit., p. 157-176.
  • « Crassus, l’homme le plus riche de Rome », L’Histoire, n° 360, janvier 2011, p. 70-75.
  • « L’Antiquité : il y a des esclaves pour ça ! », L’Histoire, n° 368, octobre 2011, p. 52-57.
  • « Les Latins Juniens et la hiérarchie sociale romaine », dans Stephanèphoros, de l’économie antique à l’Asie Mineure, Hommages à Raymond Descat, sous la dir. de Koray Konuk, Bordeaux, Ausonius, 2012, p. 19-24.
  • « Rendons à César la première crise financière », Enjeux, Les Échos, numéro spécial Histoire, n° 292, juillet-août 2012, p. 58-59.
  • « Quelques remarques sur la versura », dans Carmina Iuris. Mélanges en l’honneur de Michel Humbert, sous la dir. d’Emmanuelle Chevreau, David Kremer et Aude Laquerrière-Lacroix, Paris, De Boccard, 2012, p. 1-11.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, François Lerouxel et Julien Zurbach, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 250-252.

Référence électronique

Jean Andreau, François Lerouxel et Julien Zurbach, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21792

Haut de page

Auteurs

Jean Andreau

Articles du même auteur

François Lerouxel

Articles du même auteur

Julien Zurbach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org