Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Les « territoires » de l’Église. Médiévistique et sciences sociales des religions

Dominique Iogna-Prat
p. 247-248

Texte intégral

Dominique Iogna-Prat, directeur d’études

L’Église au risque de l’espace public (1200-1700)

1Sous l’intitulé programmatique de « L’Église au risque de l’espace public », ce séminaire d’un semestre (8 mars-7 juin 2012) avait comme objectif d’aborder, dans une longue durée tardo-médiévale et moderne (1200-1700), la question de la « pétrification » de l’Église latine sous une forme visible et monumentale, au prix d’une confusion entre contenant et contenu emblématique d’un englobement, d’une prise de contrôle de la société chrétienne par l’institution ecclésiale. Dans un passage célèbre de son Esthétique (III, i, 3), Hegel voit dans l’architecture gothique « le centre caractéristique du romantisme », et il fait de la cathédrale médiévale un idéal-type, « une œuvre qui existe pour elle-même », « un être pour soi ». Dans la perspective de l’esthétique hégélienne, on s’est d’abord efforcé de montrer en quoi la référence monumentale à l’Église accompagne l’histoire du christianisme en tant qu’universalisme éthique dans les grands systèmes philosophiques classiques et même au-delà puisque la tradition sociologique, avec l’œuvre de Durkheim, fait encore référence à l’Église comme Tout de la société. Sur cette base, il s’est ensuite agi de montrer un double phénomène historique permettant de suivre les avatars de la monumentalité ecclésiale : d’une part, une incontestable longévité de la référence à l’Église quand il s’agit de penser les cadres globaux de la société ; d’autre part, le passage d’un contenant à un autre, la ville chrétienne récupérant à partir du XIIIe siècle la force métonymique longtemps attachée à l’Église. Dès lors, tout l’enjeu de l’enquête a consisté à comprendre ce maintien dans le changement qui se fait au fil d’une histoire qui voit se découpler les domaines du théologique et du politique. D’où la nécessité de confronter la monumentale Église médiévale aux formes modernes de la communauté, de 1200 à 1700, depuis la scolastique jusqu’à l’absolutisme, dans une longue prémodernité sécularisée au cours de laquelle s’opèrent de larges mouvements de transferts de sacralité de l’Église à la Cité et à l’État, avec l’émergence de la politique comme « science de l’architecture ».

2Le séminaire a également accueilli des séances « atelier » consacrées à des questions d’actualité ou des travaux d’étudiants dans le périmètre des « territoires de l’Église » : actualité du judaïsme (29 mars, Amélie C. Sagasser : Robert Chazan, Reassessing Jewish life in Medieval Europe ; Régine Azria : Antoine Germa, Benjamin Lellouch, Évelyne Patlagean, dir., Les juifs dans l’histoire) ; lectures et travaux en cours (10 mai, Gabriel Castanho, « Solitude et réforme grégorienne » ; F. Rosso, « Hospinianus et la querelle du Temple aux XVIe-XVIIe siècles » ; présentation et discussion de l’ouvrage de Kathryn M. Rudy, Virtual pilgrimages in the convent), Trois séances des « Ateliers Condorcet » sur la Chrétienté médiévale et moderne ont été offertes en complément (9 mars, 7 avril et 25 mai 2012), ainsi que la journée postdoctorale du forum du Dictionnaire des faits religieux (6 avril 2012).

Publications

  • « La matrice du lettré dans l’Occident latin (Ve-XIIIe siècle) », Archives de sciences sociales des religions, n° 154, avril-juin 2011, p. 31-42.
  • « Conclusion : lieux de culte, Église et construction territoriale dans la Chrétienté occidentale », dans Lieux sacrés et espace ecclésial, sous la dir. de Michel Lauwers, Toulouse/Privat, coll. « Cahiers de Fanjeaux », 2011, p. 543-561.
  • « Préparer l’au-delà, gérer l’ici-bas : les élites ecclésiastiques, la richesse et l’économie du christianisme (perspectives de travail) », dans Les élites et la richesse durant le haut Moyen Âge, sous la dir. de Jean-Pierre Devroey, Laurent Feller et Régine Le Jan, Turnhout, Brepols, 2011, p. 59-70.
  • « Halbwachs ou la mnémotopie : “textes topographiques” et inscription spatiale de la mémoire », Annales HSS, n° 3, 2011, p. 821-837.
  • « Ecclesia/Christianitas : identité universelle et identité religieuse », dans Religiosità e civiltà. Identità delle forme religiose, sous la dir. de Giancarlo Andenna, Milan, Vita e pensiero, 2011 (« Settimane internazionali della Mendola », Nuova Serie 2007-2011), p. 193-206.
  • « Célébrer l’église, réformer la personne : la fête de la dédicace d’église dans la Légende dorée de Jacques de Voragine », Médiévales, n° 62, 2012, p. 123-134.
  • « Institutionnalisation de la grâce et retour de la Loi : un parcours médiéval », Revue de l’histoire des religions, vol. 229, n° 2, 2012, p. 215-225.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Iogna-Prat, « Les « territoires » de l’Église. Médiévistique et sciences sociales des religions », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 247-248.

Référence électronique

Dominique Iogna-Prat, « Les « territoires » de l’Église. Médiévistique et sciences sociales des religions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21787

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org