Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire comparée de la gestion sociale : Angleterre-France, XXe siècle

Laura Lee Downs
p. 243-245

Texte intégral

Laura Lee Downs, directrice d’études

La protection sociale en temps de crise : France-îles Britanniques aux XIXe-XXe siècles

1Le séminaire s’est centré cette année sur une critique approfondie de la malheureuse métaphore de frontière étanche séparant la sphère étatique de celle de la société civile en ce qui concerne la protection sociale. Car, au rebours de cette image, je développe depuis une dizaine d’années une approche comparative de l’histoire de la protection sociale en France et en Grande-Bretagne qui met l’accent sur les rencontres entre la sphère étatique et la sphère associative dans l’élaboration de diverses formes de protection sociale au niveau local entre 1870 et 1970. Il s’agit de repenser cette histoire, si souvent racontée en termes de « frontière mouvante » entre public et privé (selon l’expression de William Beveridge), en termes d’espace para-politique de la protection sociale où, au lieu d’agir, chacune aux dépens de l’autre, les structures étatiques et associatives vont se compléter.

2Les colonies de vacances en sont un excellent exemple, car la colonie de vacances n’est pas une institution de l’État : c’est une œuvre semi-privée liée aux écoles primaires, une œuvre privée liée aux diocèses ou aux écoles catholiques, une œuvre municipale. Elle manifeste la vitalité d’un mouvement réformateur multiforme qui a puissamment façonné le XXe siècle et se donnait pour but d’éduquer l’ouvrier, les nécessiteux, ou les citoyens modestes, selon le vocabulaire spécifique des tendances réformatrices – mais sous une figure très particulière : l’enfant, la figure du peuple qui peut encore être sauvée. Toutes les initiatives dans ce domaine viennent de la société civile ; l’organisation des loisirs enfantins ne sera jamais nationalisée en France. Pourtant, ce domaine est vite reconnu par l’État comme un lieu stratégique à soutenir. Diverses œuvres laïques sont subventionnées et/ou se voient accorder le statut d’« œuvre reconnue d’utilité publique » dès les années 1890. Alors, si l’État encourageait plusieurs œuvres par le biais de subventions, la mise en forme du problème – et donc de sa solution, étape cruciale dans toute entreprise réformatrice – s’est faite ailleurs que dans les instances étatiques. Pour reconstruire l’histoire de cette institution éclatée, il faut explorer ses multiples origines locales – des origines oubliées et peu intelligibles dans les cadres et chronologies d’une histoire politique focalisée sur l’inexorable expansion de l’État social.

3Cette année, le séminaire a repris cette problématique autour d’une série de chantiers qui se prêtent à l’analyse comparée de différentes rencontres entre sphère associative et sphère étatique en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle : les évacuations des enfants français et britanniques au début de la Seconde Guerre mondiale ; la frontière poreuse entre action sociale et action politique, action féminine et action masculine dans le cadre des formes locales de protection sociale élaborées par des partis politiques (travailliste ou conservateur en Grande Bretagne, Croix de feu et Parti socialiste en France) ou par des municipalités roses ou rouges en France ; exploration de la « crise » que connaît le monde associatif britannique au moment de la mise en place de l’État providence (1942-1948).

4Enfin, une série de conférences proposées par des collègues français, britanniques et américains nous a permis de mener une réflexion collective sur plusieurs questions de méthode. Sur la question de la comparaison, des circulations, des transferts culturels ou de l’histoire transnationale, nous avons eu le plaisir d’accueillir Philippa Levine (Université de Texas, Austin, directrice d’études invitée à l’EHESS), Is Comparative History Possible ?, Marie-Emmanuelle Chessel (EHESS), La Ligue sociale d’acheteurs (1902-1914), Une approche en termes de circulations et Yolande Cohen (UQAM, directrice d’études invitée à l’EHESS), Genre, empire et migrations transnationales. Une comparaison France-Canada. Sur la mise en œuvre d’une démarche interdisciplinaire entre histoire et droit, Garthine Walker (Université de Cardiff, directrice d’études invitée à l’EHESS) est venue deux fois pour parler de ses recherches sur les crimes « secrets » (viol, infanticide, sodomie) et la perception sociale des auteurs de tels crimes à travers une comparaison des sources judiciaires anglaises et galloises du XVIe au XVIIIe siècle : Everyman or a Monster ? The Rapist in Early Modem England, 1570-1750 ; et Secret Crimes and the Law in Early Modern England and Wales, 16th-18th centuries. Enfin, sur la question de rencontres possibles entre histoire et psychanalyse, nous avons eu la chance cette année d’accueillir Barbara Taylor (Queen Mary College, Londres, directrice d’études invitée à l’EHESS) au sujet de Psychoanalysis and Historical Subjectivity.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, « Histoire comparée de la gestion sociale : Angleterre-France, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 243-245.

Référence électronique

Laura Lee Downs, « Histoire comparée de la gestion sociale : Angleterre-France, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21785

Haut de page

Auteur

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org