Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon et Élie Haddad
p. 236-238

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études
Élie Haddad, chargé de recherche au CNRS

Les élites du pouvoir à l’épreuve de la monarchie absolue aux XVIe et XVIIe siècles

1Le séminaire a été consacré à expliciter les buts de la recherche commune sur l’anthropologie de la parenté dans la noblesse en rapport avec la construction de l’État monarchique en France. Robert Descimon a repris l’étude des significations sociales du brocard dû aux post-glossateurs Familia, id est substantia. Les rapports entre les dimensions horizontales et synchroniques (la famille dite adelphique) et verticales et diachroniques (le rapport de filiation) ont été mis au centre de la réflexion sur la transmission des biens, en particulier des « dignités » (seigneuries et offices) au sein des familles de la haute robe parisienne, Élie Haddad a étudié les « mots de la parenté » (maison, lignage, lignée...) et les évolutions de leur sens dans le vocabulaire de l’Ancien Régime à partir de sources les plus diverses, dégageant ainsi des changements peu perçus dans la construction du fait et de la famille nobiliaires. Au sein de problématiques voisines, on a écouté les exposés de Camille Le Fauconnier-Ripoll (École des chartes et EHESS) sur la politique matrimoniale des Sublet (XVIe-XVIIIe siècle), de Marjorie Meiss-Even (Université de Lille) sur l’élaboration sociale du paraître aristocratique à la Renaissance à travers l’exemple de la maison de Guise, de Claire Chatelain (chargée de recherche au CNRS) sur la quête des parents chez Tristan L’Hermite (1600-1655), de David Feutry (École des chartes et Université de Paris-Sorbonne), sur la crise du parlement de Paris à la fin du règne de Louis XIV, de Violet Soën (Université de Louvain), sur les stratégies matrimoniales chez les Croÿ au XVIe siècle. Une séquence avec Martine Bennini (professeur agrégée, docteur de l’EHESS), Robert Descimon et Élie Haddad a traité des politiques de l’alliance (spécialement des compensations matrimoniales instaurées par les proportions entre apports masculins, prix des offices, dots, douaires, préciput et « frais de noces » dans les contrats de mariage parisiens), Le séminaire s’est joint à une journée d’études portant sur la Vie de Michel de Marillac écrite par Lefèvre de Lezeau et les expériences politiques du garde des sceaux. Une séance a été consacrée au livre de Marie Houllemare (Université d’Amiens), Politiques de la parole, le parlement de Paris au XVIe siècle, Genève, Droz, 2011, et une autre à une discussion menée par Pavel Ouvarov (Académie des sciences de Russie, directeur d’études invité) sur les développements comparatifs de la parenté occidentale au Moyen Âge. Cette étude anthropologique a été conclue par deux exposés de Sylvie Steinberg (Université de Rouen) : Succéder. Filles et bâtards dans les fiefs et Ce que la bâtardise dit de la noblesse (XVIe-XVIIe siècles).

2Dans un autre ordre de recherche, Hilary Bernstein (Université de Santa-Barbara, Californie et maître de conférence invitée) a présenté trois exposés sur les deux thèmes suivants : L’histoire urbaine et la monarchie « absolue », et Une reconsidération de la mémoire des troubles : les guerres de Religion, l’histoire des villes, et « l’ego-histoire ». Rafe Blaufarb (Florida State University) a traité d’un sujet que l’historiographie a tendance à nier : La féodalité révolutionnaire : les droits féodaux nationaux, 1789-années 1830. Enfin, une table ronde a conclu l’année autour des contributeurs du livre dirigé par Alain Guery, Montchrestien et Cantillon. Le commerce et l’émergence d’une pensée économique, Paris, ENS éditions, 2011.

Publications

  • « La société française avant les Lumières : une société hiérarchique ? », dans Classement, déclassement, reclassement, sous la dir. de Gilles Chabaud, Limoges, PULIM, 2011, p. 51-69.
  • « La dignité du dignitaire », dans Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, sous la dir. d’Hervé Drévillon et Diego Venturino, Rennes, PUR, 2011, p. 351-358.
  • « Le changement social à Paris de la fin de la Ligue aux États généraux (1594-1615) », dans Lendemains de guerre civile en France sous Henri IV, sous la dir. de Michel De Waele, Québec, Éditions du CIERL-PUL, 2011, p. 193-220.
  • « Patriarcat et discordes familiales : les conflits liés aux enjeux de l’alliance et de la transmission dans la robe parisienne aux XVIe et XVIIe siècles », dans La justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, XIIe-XIXe siècle), sous la dir. d’Anna Bellavitis et Isabelle Chabot, Rome, École française de Rome, 2011, p. 49-68.
  • « “Le malheur privé fait le bonheur public”. Histoire d’Antoine Moriau (13 novembre 1669-20 mai 1759), un homme qui aimait les livres », dans À travers l’histoire du livre et des Lumières. Études d’histoire du livre et des Lumières offertes au professeur Daniel Roche par ses élèves, ses collègues et ses amis, Histoire et civilisation du livre, sous la dir. de Frédéric Barbier et Robert Desci-mon, revue internationale, n° VII, Genève, Droz, 2011, p. 139-155.
  • « La Vie et la vie de Louise de Marillac », communication présentée lors de la journée d’études du 23 mars 2011 « Nicolas Lefèvre de Lezeau et l’écriture », Dossiers du Grihl (ENBACH et EACEA), en ligne http://dossiersgrilh.revues. org/4712, 2011, 9 p.
  • « Les oratoriens du XVIIe siècle dans la lutte contre les calvinistes », dans L’Oratoire du Louvre et les protestants parisiens, sous la dir. de Philippe Braunstein, Paris, Labor et Fides, 2011, p. 68-73.
  • Avec Dinah Ribard, « La production locale de la noblesse la constitue-t-elle en catégorie transnationale ? », dans Pratiques du transnational. Terrain, preuves, limites, sous la dir. de Jean-Paul Zúñiga, Paris, Bibliothèque du Centre de recherche historique, 2011, p. 147-164.
  • « Le catholicisme corporatif des temps de la Ligue. Témoignages de testaments parisiens des XVIe et XVIIe siècles », dans Pierre Chaunu historien, sous la dir. de Jean-Pierre Bardet, Denis Crouzet et Annie Molinié-Bertrand, Paris, PUPS, 2012, p. 169-188.
  • « La vénalité des offices politiques et perpétuels de la municipalité de Paris (procureur du roi, greffier et receveur de la Ville), XVIe siècle-années 1750) », dans Le pouvoir municipal de la fin du Moyen Âge à 1789, sous la dir. de Philippe Hamon et Catherine Laurent, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 59-82.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon et Élie Haddad, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 236-238.

Référence électronique

Robert Descimon et Élie Haddad, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21781

Haut de page

Auteurs

Robert Descimon

Articles du même auteur

Élie Haddad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org