Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la Révolution française

Patrice Gueniffey
p. 228-229

Texte intégral

Patrice Gueniffey, directeur d’études

Les origines de la Révolution française

1Le séminaire sur « Les origines de la Révolution française » s’est poursuivi cette année par une dernière séquence consacrée à l’historiographie de la notion. Les séances antérieures avaient porté sur la construction de la notion d’origines de la Révolution (autrement dit de 1789 comme aboutissement d’une évolution de long terme et non comme simple produit d’une crise de court terme) dès les premières histoires publiées à l’époque du Directoire et du Consulat, et aux interprétations développées dans les principales œuvres du XIXe siècle. Cette fois, c’est l’historiographie du XXe siècle qui a été étudiée, à partir du Quatre-vingt-neuf de Georges Lefebvre (1939), dont l’intérêt réside en particulier dans l’association entre un discours classique sur les origines de la Révolution (avènement de la bourgeoisie) et une thèse complexe sur les premiers moments de la Révolution (au moins trois révolutions différentes) peu compatible avec la première.

2Si le livre de Lefebvre est immédiatement ou presque devenu un classique, et une autorité, très vite aussi il a suscité les premières critiques et les premières tentatives pour en examiner les principaux postulats et reprendre à nouveaux frais la question des origines. En l’espace d’un quart de siècle, il n’est pas un aspect du problème qui n’ait fait l’objet d’un nouvel examen : « mythe » de la bourgeoisie, mutations de la noblesse, crise de l’État royal, culture politique, influence attribuée aux Lumières, rien n’a échappé à ce débat sur la nature, les formes, les résultats et les antécédents, ou les origines, de la Révolution française.

3C’est, ensuite, la question des origines religieuses, ou plus largement du problème religieux dans la Révolution française, qui a fait l’objet de la seconde partie du séminaire. On s’est attaché d’abord à une présentation des relations si particulières nouées par la monarchie française avec la religion, l’Église et Rome, avant d’aborder plus précisément les trois défis religieux auxquels elle s’est trouvée confrontée : défi protestant au XVIe siècle, mouvement dévot au XVIIe, crise janséniste dans la première moitié du XVIIIe siècle.

4Le séminaire reprendra l’an prochain par l’examen des derniers échos religieux au moment où le jansénisme finit de se fondre dans l’idéologie parlementaire, puis par l’étude de quelques moments ou textes classiques : la Constitution civile du clergé, le rapport de Portalis sur le Concordat de 1801, le livre de Quinet sur Le christianisme et la Révolution française.

Publications

  • « La historia en el pasado », Istor, n° 45, printemps 2011, p. 105-119.
  • « La Première République, 1792-1804 : de la République des Lumières à la République impériale », dans Tous républicains ! Origines et modernité des valeurs républicaines, sous la dir. de Robert Belot, Paris, Armand Colin, 2011, p. 11-15.
  • Introduction à Adolphe Thiers, Discursos parlamentarios sobre la expedición a Mexico, Puebla, Colegio de Puebla, 2012.
  • Introduction à Michele Cunningham, Mexico and the Foreign Policy of Napoleon III, Puebla, Colegio de Puebla, 2012.
  • « Considérations sur les réformes du Consulat », Napoleonica. La Revue, vol. 1, n° 13, 2012, p. 40-51.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 228-229.

Référence électronique

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21775

Haut de page

Auteur

Patrice Gueniffey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org