Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le travail intellectuel : histoire (1600-1900)

Christian Jouhaud et Dinah Ribard
p. 215-216

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études
Dinah Ribard, maître de conférences

Travail intellectuel et écritures politiques. Autour de la Fronde

1La Fronde (1648-1653) est une période d’intense production écrite. Cette production ne se réduit pas aux mazarinades, et sous cette dernière appellation se profilent des écritures très diverses, susceptibles d’être étudiées dans une perspective qui n’est pas seulement celle de la crise politique. Réciproquement, de nombreux écrits parus à l’époque, touchant aux savoirs, aux métiers, à la religion, à la charité publique, aux belles-lettres, etc., n’ont jamais été considérés dans leur rapport à l’événement politique. Les conjonctures frondeuses, observées de ces deux points de vue, laissent voir des formes de travail de la pensée et des usages sociopolitiques de l’écrit imperceptibles autrement. Dans la perspective ouverte par cette recherche, les écrits ne sont plus séparés par leur appartenance ou non à la catégorie de mazarinades, mais la Fronde y est saisie comme conjoncture d’écriture et de publication, comme « fenêtre » sur des pratiques intellectuelles multiples, et sur des formes de travail de la pensée qu’on ne voit pas ou qu’on ne peut pas comprendre comme telles autrement, et qui sont mobilisées comme ressources dans la crise politique.

2Au cours de cette première année de séminaire consacrée à une telle approche des écrits du temps de la Fronde, on a donc tenté de réévaluer d’une part l’impact de la crise politique sur des textes qui ne sont pas repérables comme des mazarinades et, d’autre part, de mieux observer dans un certain nombre de mazarinades la part du travail intellectuel qui investit leur écriture et que leur mise en série comme libelles de la Fronde estompe. Nous avons aussi considéré la Fronde comme moment d’élaboration, de production de types d’écrits, de façons d’écrire, de rapports à l’écrit, de pensées de l’écriture, de politiques de l’écriture qu’on voit repris, présents, mis en œuvre bien plus tard et ailleurs. En partant d’une chronologie courte nous avons ainsi été conduits à nous déplacer au long du XVIIe siècle et au-delà.

3Après quelques séances introductives de mise en place de la problématique, le travail a été centré sur trois dossiers. On s’est d’abord intéressé, principalement à partir du cas d’écrits bordelais, à l’écriture de l’histoire de la Fronde durant la Fronde même : sont ainsi apparues des sociabilités lettrées et des pratiques intellectuelles investies dans l’interprétation des « mouvements » mais d’évidences préexistantes à la crise politique et pourtant insaisissable en dehors d’elle. Plusieurs séances ont ensuite été consacrées à la mazarinade attribuée sur sa page de titre au « poète-menuisier » Adam Billaut, ce qui a fait surgir comme question politique la pratique – mise en œuvre par Adam Billaut lui-même ou par d’autres que lui – consistant à attribuer un texte anonyme à une figure éditoriale d’auteur constituée une décennie plus tôt mais mobilisée dans l’action politique frondeuse. Enfin les « mémoires » de Bussy-Rabutin ont été étudiés du point de vue des rapports entre le récit et la citation de correspondances du temps de la Fronde. Ces correspondances, instructions, « mémoires » ou « relations » d’événements destinés à la reproduction et à la diffusion sont des écrits d’action : leur usage décalé révèle la pensée de l’action qui a conduit à leur élaboration, leur diffusion, leur conservation. On s’est ainsi efforcé d’approcher l’événementialité du travail intellectuel en dehors de la question de l’innovation, de l’invention, de la rupture.

Publications

Christian Jouhaud

  • Rekischi to Ecritures : Kako no Kijutsu (« Histoires et écritures : écritures sur le passé, écritures dans le passé », en japonais, inédit en français), Tokyo, Suiseisha, 2011.
  • « Voir et ne pas voir le passé : Maigret et les témoins récalcitrants », XXe siècle. Revue d’histoire, n° 112, 2011, p. 83-97.
  • « Le territoire richelais du cardinal-duc », Catalogue de l’exposition Richelieu à Richelieu. Architecture et décors d’un château disparu, Milan et Spa, 2011, p. 23-29.
  • « La lumière des astres morts. À propos de quelques rayonnements posthumes », Littératures classiques, n° 76, 2011, p. 17-30.
  • « Voir le passé avec Michel Gribinski », Histoire et psychanalyse. À propos des scènes indésirables de Michel Gribinski, Les dossiers du Grihl, consultable en ligne : http://dossiersgrihl.revue.org/​, 2012-1.

Dinah Ribard

  • « Le réel du projet. Savoirs, écriture et travail des projets de mont-de-piété en France (XVIIe-XVIIIe siècles) » dans Entre belles-lettres et disciplines. Les savoirs au XVIIIe siècle, sous la dir. de Franck Salaün et Jean-Pierre Schandeler, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2011, p. 21-37.
  • « La belle mort d’une ouvrière. Bremond, l’histoire littéraire, le témoignage », dans Littérature et spiritualité au miroir d’Henri Bremond, textes réunis par Agnès Guiderdoni-Bruslé et François Trémolières, Grenoble, Jérôme Millon, 2012, p. 143-153.
  • Avec Judith Lyon-Caen, « Historiographies. L’activité et l’écriture critiques entre presse et littérature, XVIIIe et XIXe siècles », Contextes, [en ligne], 11, 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 14 septembre 2012, http://contextes.revues.org/​5303 ; DOI : 10.4000/contextes.5303.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud et Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 215-216.

Référence électronique

Christian Jouhaud et Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21763

Haut de page

Auteurs

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org