Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green et Mônica Raisa Schpun
p. 209-211

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études

L’histoire comparée et tes migrations contemporaines

1Après une introduction revenant sur les perspectives multiples du champ d’histoire sur les migrations (individus, groupes, État de départ, État d’arrivée) et une interrogation sur les temporalités de l’émergence de ce champ (rapports entre histoire et historiographie), nous avons continué cette année à creuser les différentes formes et catégories des migrations allant des « travailleurs immigrés » aux hommes d’affaires « expats ». Mots différents pour désigner des expériences différentes, ils n’empêchent pas des similitudes dans la structuration des communautés (clubs, associations, églises) ou les questions identitaires. Les pratiques interculturelles des diasporas commerciales et la question de la visibilité des immigrés dans les villes – folklorisation ou invisibilisation – varient également selon les classes sociales. Mais l’étude des migrations d’élite rejoint d’autres historiographies comme celle sur les multinationales ou les débats sur l’américanisation. Ces thèmes ont également nourri des conférences données aux États-Unis cette année aux congrès annuels de la Social Science History Association, de l’American Historical Association, de l’Organization of American Historicans et de la Society for French Historical Studies ainsi que des conférences invitées à Northwestern University et à l’Université Yale (King Distinguished Visitor).

2Ce sont parfois les théories importées d’ailleurs (américaines à l’origine, sur la race et la communauté) qui peuvent peser sur la compréhension de l’intégration des immigrés en France (Beth Epstein, New York University à Paris, autour de son livre Collective Terms : Race, Culture and Community in a State-Planned City in France), Mais nous avons également étudié le rapport entre pratiques transnationales et identités multiples : « assimilation » des élus musulmans naviguant entre l’Algérie et la France métropolitaine dans l’entre-deux-guerres (Joshua Cole, Université du Michigan) ; ou les pratiques de double identité des jeunes juifs français en Israël (Laurence Podselver, EHESS), Questionner les rapports transnationaux des immigrés avec leurs pays d’origine en tant que phénomène de longue durée a été au centre du colloque interdisciplinaire que nous avons organisé à Paris avec Roger Waldinger(UCLA), intitulé « A century of transnationalism ». Enfin, qu’en est-il de ce qu’on pourrait appeler le « tourisme sédentaire » des migrations estudiantines ou intellectuelles (Alice Kaplan, Université Yale, autour de Jacqueline Bouvier, Susan Sontag et Angela Davis), où la découverte de l’autre va de paire avec la découverte de soi ?

3La question des pratiques identitaires, individuelles autant que communautaires, reste à creuser. À travers chansons et nourriture, par exemple, nous avons interrogé des formes de nostalgie comme des formes de syncrétisme. Les identités sont autant d’auto-identifications construites littéralement en cours de route comme pour les Juifs maghrébins à Montréal, Juifs sépharades se distinguant des Juifs ashkénazes déjà sur place (Yolande Cohen, Université du Québec à Montréal), ou le symbolique de la casquette ou du fez analysé par Joshua Cole. Pour la période contemporaine, Andreas Wimmer (UCLA) a présenté des résultats d’une grande enquête européenne (European Social Survey) quant aux « valeurs » de différents groupes ethniques. Quelles catégories pour quels résultats ? Les identités peuvent aussi être construites de l’extérieur, par les chercheurs comme par l’État, comme nous l’a montré Celia Donert (Institut d’histoire contemporaine de Potsdam) au sujet des déplacements des Roms en Tchécoslovaquie (1945-1968), Sur un autre registre, Ruri Ito (Hitotsubashi University) a présenté une analyse très fine des asymétries genrées dans les lois japonaises concernant la citoyenneté et sa transmission aux enfants des couples mixtes.

4Enfin, nous avons également organisé une journée d’étude à la BnF : « Actualité des révolutions » pour interroger les révolutions passées (américaine, française, russe, chinoise) au miroir du « printemps arabe ».

Publications

  • « Americans abroad and the uses of citizenship : Paris, 1914-1940 », Journal of American Ethnic History, vol. 31, n° 3, printemps 2012, p. 5-32.
  • « Le transnationalisme et ses limites. Le champ de l’histoire des migrations », dans Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, sous la dir. de Jean-Paul Zuñiga, Paris, Bibliothèque du Centre de recherches historiques-EHESS, 2011, p. 197-208.
  • « Mudando paradigmas em estudos de migraçâo. De homens para mulheres para gênero », dans Diasporas, mobilidades e migrações, sous la dir. de Silvia Maria Favero Arend, Carmen Silvia de Moraes Rial et Joana Maria Pedro, Ilha de Santa Catarina, Editora Mulheres, 2011, p. 35-46.
  • « Construire une collection, représenter l’immigration. La Cité nationale de l’histoire de l’immigration », Hermès, n° 61, 2011, p. 131-137.

Nancy L. Green, directrice d’études
Mônica Raisa Schpun, ingénieure d’études

Migrations et cinéma

5Nous avons proposé pour la première fois un séminaire mensuel pour mener une réflexion autour de films documentaires traitant de l’immigration. Il s’agissait de présenter des films peu ou pas accessibles dans le commerce, peu ou pas connus qui, par leurs sujets et par le traitement donné, suscitent réflexion et débat quant aux expériences migratoires, mais aussi quant au regard porté sur ces expériences. Des films comme Ouvriers noirs de Paris (Cinq colonnes à la une, 3 juillet 1964) ; Grands-mères de l’Islam (réalisation : Coline Serreau, 1980) ; Saudade (réalisation : Bela Bianco-Feldman, 1991) ; Un passeport hongrois (réalisation : Sandra Kogut, 2001) ; « Alimentation générale » (réalisation : Chantal Briet, 2005) ; Moving Memories (Japanese American National Museum, 1993) ; Issei Wahine (réalisation : Ann Akiko Moriyasu, 1991) nous permettait d’interroger l’Histoire et les histoires individuelles, la représentation du passage du temps, le registre de la mémoire collective, familiale et individuelle, mais aussi la mise en scène du documentaire, le récit lui-même et le regard sur l’autre à travers différentes techniques de réalisation. Pour la dernière séance, Natacha Lillo, spécialiste de l’immigration espagnole en France ayant participé à la réalisation de La Petite Espagne (réalisation : Sophie Sensier, 2006) a permis d’engager une réflexion sur le passage de l’écriture de l’histoire à une mise en récit audiovisuelle de cette histoire, avec les possibilités et les limites de chaque media. Certains étudiants du séminaire étaient davantage intéressés par les films documentaires que par l’histoire de l’immigration, ce qui a particulièrement enrichi les débats concernant la construction des films et les choix faits par les réalisateurs. En outre, la variété géographique comprise dans le choix des films a permis d’élargir les problématiques présentées et de comparer d’autres expériences (Portugais aux États-Unis, Hongrois au Brésil, Japonais à Hawaii) avec le cas français.

Publications

Mônica Raisa Schpun

  • Justa. Aracy de Carvalho e o resgate de judeus : Trocando a Alemanha nazista pelo Brasil, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2011, 526 p.
  • « Les premiers migrants juifs d’Afrique du Nord dans la France de l’après-guerre. Une découverte pour les services sociaux », Archives juives, vol 45, n° 1, 2012, p. 61-73.
  • « À carreira médica de Carlota Pereira de Queiroz : entre misoginia e identidade pública », dans Género y ciencia en América Latina : mujeres en la academia y en la clínica (siglos XIX-XXI), Estudios AHILA de Historia Latinoamericana, sous la dir. de Lizette Jacinto et Eugenia Scarzanella 8, Madrid/Francfort-sur-le-Main, APHLAIberoamericana/Vervuert, 2011, p. 77-102.
  • « Sufragismo y sufragio femenino en Brasil : Carlota Pereira de Queiroz y Bertha Lutz, historia de una enemistad política », dans Sufragio femenino : prácticas y debates politicos, religiosos y culturales em Argentina y América, sous la dir. de Carolina Barry, Buenos Aires, Eduntref, 2011, p. 331-356.
  • « Corpo versus texto. Margarethe Levy e Aracy de Carvalho : entre a Alemanha nazista e o Brasil da Era Vargas », dans Diásporas, mobilidades e migrações, sous la dir. de Silvia Maria F. Arend, Joana Maria Pedro et Carmen Silvia de M. Rial, Ilha de Santa Catarina, Editera Mulheres, 2011, p. 79-101.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green et Mônica Raisa Schpun, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 209-211.

Référence électronique

Nancy L. Green et Mônica Raisa Schpun, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21758

Haut de page

Auteurs

Nancy L. Green

Articles du même auteur

Mônica Raisa Schpun

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org