Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carie, Claudia Contente et Mary-Louise Nagata
p. 201-203

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maîtresse de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise
Mario Boleda, professeur à l’Université de Salta, Argentine
Lucia Carie, professeur à l’Université de Florence, Italie
Claudia Contente, enseignant-chercheur, Université Pompeu Fabra, Espagne
Mary-Louise Nagata, professeur à l’Université Francis Marion, USA

Pouvoirs et dépendances au sein de la famille : perspectives comparatives (XVIe-XXe siècle)

1L’équipe interdisciplinaire du séminaire, qui regroupe historiens de la famille, sociologues, économistes, juristes, démographes et spécialistes des migrations et des sciences politiques, a accordé une attention particulière aux stratégies familiales et à la différence de genre en matière de formation de la famille, d’activité professionnelle, de promotion sociale et de part d’héritage. Nous avons insisté sur les Interactions entre, d’une part, le changement social et, d’autre part, les stratégies Individuelles et collectives concernant les comportements de reproduction socio-économique et les choix de vie.

2Marco H. D. Van Leeuwen et Ineke Maas (Université d’Utrecht), avec Jean-Pierre Pelissier (INRA) et Danielle Rebaudo (CNRS-CRH), ont exposé l’avancement de leur projet commun sur la mobilité sociale intergénérationnelle en France (XVIIIe-XXe siècle), Joana Maria Pujades Mora (Centre d’études démographique de l’Université autonome de Barcelone) a résumé son travail sur les modèles de mariage dans la région de Barcelone (1450-1905), dans le cadre d’un projet comparatif européen. Isabel Moll (Université des Îles Baléares) a fait le riche bilan de son projet de recherche sur l’histoire de la famille contemporaine en Espagne (XIXe-XXe siècles), menée en collaboration avec l’Institut Max Planck de Rostock. Simone Geoffroy-Poisson (CNRS-CRH) s’est demandée dans quelle mesure contrat de mariage et testament avaient fait bon ménage au sein des familles et quels étaient, selon les coutumes et milieux sociaux, leurs avantages respectifs pour l’avenir des lignées familiales. D’ailleurs, le rôle des notaires, traditionnels conseillers juridiques des familles, demeure fondamental depuis l’Ancien Régime, comme l’a montré Antoine Roquette en analysant la correspondance de Joseph Serieys, notaire à Aurillac, tenue de 1811 à 1858, dont il a assuré l’édition commentée.

3Lucia Carie (Université de Florence, Italie) a évoqué, pour la vallée d’Uzone, en Piémont italien, la complexité des stratégies familiales intergénérationnelles en milieu paysan depuis le XVIe siècle et le rôle socioéconomique et culturel qu’y jouèrent les oncles prêtres jusqu’au XXe siècle. Pour Laurent Herment (International family/Demography network), il s’agissait d’expliquer, dans un large esprit comparatif, comment les petits propriétaires fonciers de Seine-et-Oise, entre 1789 et 1860, avaient géré leur exploitation et leur famille face à diverses crises économiques, en s’adaptant aux circonstances, profitant de la proximité du marché parisien tout en défendant leur identité régionale. Pour la Champagne septentrionale, Tom Brennan (Académie navale des États-Unis à Annapolis) a pu évaluer et cartographier précisément le taux d’exogamie villageoise socio-différentiel pour la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, à partir d’un ensemble de registres paroissiaux et de rôles de tailles de la région rémoise. Pour le Nord, Jean-Pierre Pélissier (INRA) a mis en lumière l’écart permanent entre pays vécus et pays administratifs, grâce à un riche dossier sur les recensements du Pas-de-Calais. Ses conclusions rejoignent celles de Béatrice Craig (Université d’Ottawa, Canada), qui, partant de sources proches et comparables, explique à quel point il est difficile d’identifier le travail des femmes à la campagne, dans ces mêmes localités au XIXe siècle. Jean-Paul Desaive (EHESS-CRH) a montré que pour les filles-mères dont il a retracé l’histoire individuelle au XVIIIe siècle à Saint-Denis, l’occupation la plus courante était celle de servante. Beaucoup de jeunes femmes étaient aussi domestiques à Vérone autrefois, originaires des localités voisines et marquées par leurs origines sociales. Paola Lanaro (Université Ca’ Foscari de Venise) nous a présenté sa nouvelle histoire de la ville de Vérone, abordée cette fois avec une perspective de genre. Les femmes, qu’elles soient célibataires, épouses ou veuves, y avaient de multiples activités. Béatrice Craig, pour la ville de Lille, montra de même que nombre de veuves se révélèrent d’excellents chefs d’entreprises, innovant et veillant avec autorité à la bonne marche de l’usine familiale dont bien souvent elles possédaient la majorité des parts en société. Pour Tomas Antonio Mantecon (Université de Cantabria, Espagne), ce sont les conflits et la violence au sein des familles que les archives judiciaires ont fait découvrir. En Espagne d’Ancien Régime, les femmes furent très présentes aux tribunaux, aussi bien comme victimes que comme agresseurs. En cas de légitime défense, elles bénéficiaient de circonstances atténuantes de la part de juges compréhensifs.

4Peter Teibenbacher (Université Karl-Franzens de Graz) a présenté les derniers résultats de son projet sur l’histoire de la fécondité sous la monarchie autrichienne, The Graz Austrian Fertility Project (1870-1913), en les replaçant dans un modèle européen. Il a insisté sur les disparités régionales des comportements reproducteurs, compte tenu du contexte socio-économique et éthique des populations concernées. Wolfgang Goederle, attaché à la même université autrichienne, a présenté l’avancement de son doctorat sur les migrations au sein de l’empire des Habsbourg, en traitant du cas des Roms dont la présence permanente est si difficile à quantifier. Dana-Maria Rus, post-doctorante (Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie) a présenté le bilan de l’enquête qu’elle a pu mener, grâce à une bourse « Braudel » de la FMSH, sur les modèles migratoires des Roumaines en France depuis 1989, à travers le cas parisien des gardiennes d’immeuble dont elle a pu retracer le parcours de vie. À la recherche d’une promotion sociale et d’une vie meilleure pour leur famille, ces femmes séparées ou divorcées ont souvent laissé au pays natal leurs enfants, à qui elles envoient l’essentiel de leurs revenus. Par contre, comme l’a montré Yaxian Deng, en master à l’EHESS, dans le milieu des familles d’immigrés d’origine chinoise de la communauté Wenzhou à Paris, l’autorité du père de famille est considérable, comme l’autorité parentale en général.

Publications

  • « Obituary : Richard Wall, 1944-2011 », History of the Family : An International Quarterly, vol. 16, n°4, 2011, p. 183-189.
  • « European illegitimacy trends in connection with domestic service and family systems (1545-2001) », dans special issue Central Europe Population History during the First Demographic Transition, Romanian Journal of Population Studies, sous la dir. d’Ioan Bolovan et Peter Teibenbacher, Cluj-Napoca, 2011, vol. 5, n° 2, p. 8-45.
  • Création en 2011, en collaboration avec les participants de mon séminaire EHESS « Histoire de la famille », d’un blog bilingue français/anglais d’informations et de débats archivés liés à nos séances, intitulé « hfamille » (accès réservé aux membres du séminaire).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carie, Claudia Contente et Mary-Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 201-203.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carie, Claudia Contente et Mary-Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21753

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Lucia Carie

Articles du même auteur

Claudia Contente

Mary-Louise Nagata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org