Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

L’Atlantique des Lumières. Race, genre, histoire

Silvia Sebastiani
p. 197-199

Texte intégral

Silvia Sebastiani, maîtresse de conférences

L’Atlantique des Lumières : écritures de l’histoire, divisions humaines et cartographies des races

1Dans le prolongement du séminaire co-organisé avec Alice Ingold sur « Géographies de la nature : empires et environnement (XVIIIe-XIXe siècle) », les séances sur « l’Atlantique des Lumières » ont cherché à développer à travers des approches et des matériaux variés, la question de l’écriture de l’« histoire » du Nouveau Monde au siècle des Lumières. Notre attention s’est notamment portée sur les histoires de(s) espèce(s) humaine(s) telles qu’elles étaient développées dans une série de textes, qui jusqu’ici ont été peu explorés par l’historiographie. Il s’agissait d’examiner à nouveaux frais la querelle classique du Nouveau Monde à partir d’un questionnaire renouvelé et de sources jusqu’ici peu étudiées.

2Au centre de la première séance a été abordée la question centrale de « La querelle du Nouveau Monde : vieux objets, nouvelles approches ». La « querelle du Nouveau Monde » constitue un objet historiographique qui s’est développé dans les années 1950, dans le sillage de la décolonisation et des profondes transformations politiques et intellectuelles qui ont affecté les relations entre l’Europe et les espaces anciennement colonisés. Plus récemment, la nouvelle histoire atlantique s’en est ressaisie, en déplaçant l’agenda de la recherche de la formation de la conscience européenne à la circulation des savoirs. Ce sont ces reconfigurations des problématiques dont nous avons proposé l’analyse, à partir d’une des sources les plus débattues au siècle des Lumières mais souvent mal lue : Les recherches philosophiques des Américains (1768-1769) de Cornelius de Pauw.

3Dans le cadre d’un exposé intitulé « Skulls and idols : anthropometrics, antiquity collections, and the origin of American man », Miruna Achim (Universidad Autonoma Metropolitana, Mexico City) a présenté ses travaux en cours sur les débuts de l’anthropologie américaine. En déplaçant vers le moment des Indépendances son questionnaire sur les débuts de l’archéologie précolombienne, elle a mis l’accent sur les reformulations des savoirs sur l’Amérique hérités des Lumières européennes. La découverte concomitante, sur des chantiers archéologiques, de squelettes et d’idoles réunis d’abord dans un même espace à la fois épistémologique et physique a été affectée de significations différentes, à partir du démantèlement progressif de l’espace mexicain et leur mobilisation disjointe au sein de deux communautés savantes distinctes, celle des antiquaires, d’une part, celle des spécialistes d’anatomie comparée, d’autre part, contribuant ainsi à désapproprier les Indiens de leur propre histoire. Nora Labo (master 2 à l’EHESS) a lancé la discussion en s’appuyant sur deux textes centraux d’Eugène Trutat, La photographie appliquée à l’archéologie (1879) et La photographie appliquée à l’histoire naturelle (1884).

4En faisant un retour sur la période coloniale, Katharina Kuffner (PhD student, European University Institute) a proposé un premier ensemble d’hypothèses sur le rôle des missionnaires, y compris après leur retour en Europe, dans l’avènement d’une entité « Paraguay », avec un exposé intitulé « Mapping Paraguay : ex-Jesuit missionaries in Italian exile ». Elle a centré son analyse sur l’archéologie de la querelle, appliquée à l’espace paraguayen, à travers l’étude du Saggio sulla storia naturale della Provincia del Gran Chaco (1789) de José Jolis, ses sources, cartes et les savoirs qu’il met en œuvre. Gabriela Goldin (master 2 à l’EHESS) a discuté l’exposé à la lumière d’une lecture très pointue de l’ouvrage de Neil Safier, Measuring the New World : Enlightenment Science and South America (Chicago, The University of Chicago Press, 2008).

5L’objectif d’Antonella Romano (European University Institute) a été de « provincialiser » l’Atlantique des Lumières, en observant l’espace mexicain comme lui-même producteur de savoirs et de catégorisations sur l’autre. Dans son exposé, « Entre Mexique et Europe : la Chine tartare de Juan de Palafox », elle a présenté un texte rédigé, à partir du Mexique, par l’évêque de Puebla, Juan de Palafox, sur la conquête manchoue de la Chine. Palafox deviendra l’une des sources principales pour la Chine des Lumières. Un tel choix lui a permis d’aborder deux types de questions : la première, dans la lignée des interrogations du séminaire lui-même, sur l’écriture de l’histoire (ses sources, ses procédures de légitimation, ses ambitions) ; la seconde sur la « connexion hispanique » (asiatique et atlantique) dans le processus de construction des savoirs sur la Chine, qui invite à comparer les différents réseaux par lesquels, en Europe, au milieu du XVIIe siècle, certains milieux politiques et intellectuels pouvaient voir la Chine.

6C’est en suivant une logique analogue que dans la séance suivante j’ai mis les travaux américains de William Robertson en regard de ses travaux sur l’Inde, dans An Historical Disquisition Concerning the Knowledge which the Ancients Had of India qui clôt, en 1791, le cycle des ouvrages historiques de cette figure centrale des Lumières écossaises. De l’Écosse à l’Europe, et des Indes occidentales aux Indes orientales, tel est le parcours que trace son œuvre, esquissant ainsi une grande narration de l’évolution des États-nations de l’Europe occidentale vers leur domination globale. L’objectif de cette séance a été de lire l’histoire de l’Inde proposée par Robertson à partir de sa reconstruction de l’Europe et de l’Amérique, pour identifier les changements qu’il introduit en termes de méthode historique et de proposition politique, dans un moment d’expansion de la Grande-Bretagne en Inde et d’affirmation du premier orientalisme britannique.

7Le séminaire s’est conclu sur une séance présentée par Alessandro Tuccillo (Università di Napoli, Federico II) sur « Lumières, colonisation, esclavage : les Recherches historiques et politiques sur les États-Unis de Filippo Mazzei », publiées à Paris en 1788, avec le soutien de l’ambassadeur américain en France, Thomas Jefferson. La dimension polémique des Recherches présente un grand intérêt pour notre compréhension de la représentation des États-Unis en Europe. Mazzei, devenu citoyen américain lors de son séjour en Virginie, écrit ses Recherches dans le but de corriger les imprécisions et de récuser les lieux communs négatifs contenus dans les ouvrages de Mably et Raynal, qui étaient, jusqu’alors, les références principales du débat français sur les treize ex-colonies anglaises. À partir de Mazzei, cette séance a permis d’aborder quelques thèmes du débat qui anima les Lumières françaises et européennes sur la colonisation et sur l’esclavage des Noirs, et de discuter les conséquences politiques, selon les philosophes, de l’affirmation théorique de l’universalité des droits de l’homme. Delia Guijarro Arribas (master 1 à l’EHESS) et Baptiste Bonnefoy (master 2 à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne) ont enfin présenté des hypothèses de travail sur la question du « Sistema de Castas » en Amérique Latine, à partir de sources iconographiques, littéraires et des registres paroissiaux.

Publications

  • « Beyond ancient virtues : Civil society and passions in the Scottish enlightenment », History of Political Thought, numéro spécial de Virtues and Passions in Modem Europe, vol. XXXII, n° 5, 2011, p. 821-840.
  • « Las escrituras de la historia del Nuevo Mundo : Clavijero y Robertson en el contexto de la Ilustración europea », Historia y Grafía, n° 37, p. 203-236.
  • « L’Amérique des Lumières et la hiérarchie des races. Disputes sur l’écriture de l’histoire dans l’Encyclopaedia Britannica (1768-1788) », Annales HSS, avril-juin 2012, n° 2, p. 327-361.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Sebastiani, « L’Atlantique des Lumières. Race, genre, histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 197-199.

Référence électronique

Silvia Sebastiani, « L’Atlantique des Lumières. Race, genre, histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21751

Haut de page

Auteur

Silvia Sebastiani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org