Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

La ville : sciences, pouvoirs, sociétés

Christian Topalov, Françoise Battagliola, Susanna Magri, Stéphane Baciocchi, Marie-Emmanuelle Chessel, Thomas David et Anne Lhuissier
p. 193-194

Texte intégral

Christian Topalov, directeur d’études
Françoise Battagliola, Susanna Magri, directrices de recherche au CNRS
Stéphane Baciocchi, ingénieur d’études
Marie-Emmanuelle Chessel, chargée de recherche au CNRS
Thomas David, professeur à l’Université de Lausanne
Anne Lhuissier, chargée de recherche à l’INRA

La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (XIXe-XXe siècles)

1Le séminaire s’est poursuivi pour la troisième année. Il constitue la place centrale d’une recherche collective financée par l’ANR et ayant pour nom Europhil. Il a bénéficié de la présence à Paris de Chris Leonards et Nico Randeraad (Université de Maastricht) comme directeurs d’études invités en janvier-février.

2Deux séances ont été consacrées à la présentation des premiers résultats de l’analyse du répertoire charitable de la Charity Organization Society de New York en 1900 (Christian Topalov et Stéphane Baciocchi), On a testé diverses méthodes statistiques ou relationnelles qui permettent d’analyser empiriquement le « point de vue de la source », c’est-à-dire la prise cognitive spécifique que les hommes et femmes de la « charité scientifique » ont sur les mondes charitables qu’ils prétendent organiser : quelles institutions et quelles personnalités sont les plus « visibles » depuis la COS, quels réseaux forment-elles ? On a constaté la pertinence de la notion de « point de vue » comme solution originale au problème de la « représentativité » des sources. Les protocoles discutés en séminaire seront maintenant appliqués aux sources parisiennes et genevoises.

3Nous avons également repris le dossier de l’analyse du vocabulaire des répertoires charitables (Thomas David et Christian Topalov), Les répertoires donnent à voir une organisation symbolique et cognitive du monde charitable et, au-delà, du monde social, en nous informant du nom des œuvres, de la façon dont elles énoncent leurs buts et désignent les populations qu’elles ont choisies pour cibles. Dans la suite de nos discussions de l’an dernier sur les travaux de John Mohr, nous avons réfléchi aux questions et méthodes permettant d’étudier le lexique des sources.

4Nous avons poursuivi la réflexion méthodologique sur l’étude des congrès internationaux réformateurs. Nos collègues de Maastricht ont présenté quelques résultats de leurs travaux sur les congrès de la fin du XIXe siècle pour montrer l’intérêt d’une description des activités du congrès sur un mode ethnographique (Nico Randeraad : « A summer’s day in the Hague, 1869 : How to enjoy a scientific congress ») et pour examiner comment un individu particulier peut se trouver à l’intersection de diverses causes et divers mondes sociaux (Chris Leonards : « “Linking-I”, Édouard Ducpétiaux (1804-1868) : Welfare and prison care networks from a Personal perspective »), D’autres séances ont présenté un caractère méthodologique plus marqué : sur la notion de « politique de l’information » dans les organisations internationales (Nico Randeraad), sur la circulation des savoirs de gouvernement et les transformations de l’action administrative (Renaud Payre, IEP de Lyon), sur l’étude des congrès internationaux dans le long terme du siècle (Chris Leonards), En fin d’année, Pierre-Yves Saunier (CNRS, UMR IRICE Lyon) est venu discuter notre programme de recherche dans ce domaine.

5Deux séances, enfin, ont été consacrées au thème des « catholiques en réforme » à partir de différents observatoires. Matthieu Brejon de Lavergnée (Université catholique de l’Ouest) a étudié carrières, réseaux et sociabilités charitables à Paris au XIXe siècle à partir du cas de la société Saint-Vincent-de-Paul ; François Weiser (EPHE) a esquissé une socio-histoire du groupe des experts théologiques au concile Vatican II (1960-1965) ; Joan Cortinas (Centre Maurice-Halbwachs) a exposé ce que pouvait être un « catholique rénovateur » en Catalogne dans les années 1970-2000, à partir de ses recherches sur la genèse du « revenu minimum d’insertion » catalan.

6Le directeur d’études a assuré d’autre part, avec plusieurs collègues, l’organisation d’un séminaire collectif intitulé : « Les politiques des sciences », dont le compte rendu est donné par ailleurs.

Publications

Christian Topalov

  • Maurice Halbwachs. Écrits d’Amérique (édition établie et présentée par Christian Topalov), Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, 453 p.
  • « Maurice Halbwachs : une expérience américaine », dans Maurice Halbwachs. Écrits d’Amérique, op. cit., p. 11-78.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Topalov, Françoise Battagliola, Susanna Magri, Stéphane Baciocchi, Marie-Emmanuelle Chessel, Thomas David et Anne Lhuissier, « La ville : sciences, pouvoirs, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 193-194.

Référence électronique

Christian Topalov, Françoise Battagliola, Susanna Magri, Stéphane Baciocchi, Marie-Emmanuelle Chessel, Thomas David et Anne Lhuissier, « La ville : sciences, pouvoirs, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21748

Haut de page

Auteurs

Christian Topalov

Articles du même auteur

Françoise Battagliola

Articles du même auteur

Susanna Magri

Articles du même auteur

Stéphane Baciocchi

Articles du même auteur

Marie-Emmanuelle Chessel

Articles du même auteur

Thomas David

Articles du même auteur

Anne Lhuissier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org