Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Ethnohistoire de la France rurale

Joseph Goy, Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Martin de La Soudière, Martyne Perrot, Michel Streith, Pierre Alphandéry et Bernadette Lizet
p. 183-185

Texte intégral

Joseph Goy, directeur d’études (*)
Rolande Bonnain-Dulon (*), Jacques Cloarec (*), maîtres de conférences
Aline Brochot, ingénieure de recherche au CNRS
Martin de La Soudière (*), Martyne Perrot, Michel Streith, chargés de recherche au CNRS
Pierre Alphandéry, chargé de recherche à l’INRA
Bernadette Lizet, directrice de recherche au CNRS

Ruralités contemporaines

1Séance du 17 novembre 2011 : François de Ravignan, agronome, 1935-2011. Comme chaque année, nous avons dédié une séance à une figure ou à un grand témoin de la recherche « ruraliste ». Cette année, nous avons présenté le parcours et la personnalité de ce collègue atypique de l’INRA, François de Ravignan. Auteur de nombreux travaux, dont certains innovants et prémonitoires, axés sur une approche à la fois écologique et humaniste des espaces ruraux, sur l’inventivité des « petits » agriculteurs, etc. Il était originaire et mena certaines de ses recherches dans l’Aude. Il participa à la création de plusieurs associations centrées sur un type de développement participatif. Il a bien connu et a travaillé avec un autre agronome atypique et charismatique de l’INRA (du SAD, lui aussi) Jean-Pierre Deffontaines, qui était lui-même déjà intervenu au séminaire il y a quelques années.

2Le 15 décembre 2011 : un grand témoin : Régis Ambroise. Témoin et acteur important de la politique du paysage en France, Régis Ambroise a retracé pour nous son parcours professionnel, déroulé au sein de la « Mission paysage » créée au ministère de l’Équipement puis passée à l’Environnement et à l’Agriculture. Il fut l’un des artisans de la mise en place de la Loi sur la protection et la mise en valeur des paysages en 1992 et, au niveau international, expert auprès du Conseil de l’Europe pour la rédaction de la Convention européenne du paysage signée en 2000. Son rôle pour la reconnaissance de la place du paysage dans les politiques publiques de l’agriculture et du développement durable a été fondamental.

3Le 19 janvier 2012 : projection et discussion autour de Mémoires des charbonnières, film de Bruno Bastard. Auteurs : Jean-Paul Métaillé (Universite Toulouse-le-Mirail) et Giuseppina Poggi (Université de Gênes), Ce film ethnographique tourné en Italie du Nord, en Ligurie, dans la région de Genova, à partir d’une collaboration franco-italienne, montre dans tous ses détails techniques la fabrication du charbon de bois à l’occasion d’une reconstitution effectuée par ceux qui exerçaient encore ce métier il y a 40 ans environ. La présence du cinéaste-ethnologue, Jean-Dominique Lajoux (CNRS) fut appréciée : photos à l’appui, il évoqua et nous décrivit ses propres enquêtes sur cette pratique dans les annes 1960-1970 en Nivernais-Bourgogne.

4Le 16 février 2012 : Regards sur la question paysanne en milieu rural. À partir de la projection du film Terres communes tourné en 2008 dans la vallée de Marcillac (Aveyron), nous nous sommes interrogés sur les actions de renaissance ou de pérennisation de l’agriculture en milieu rural. Si la thématique des pratiques sociales Innovantes en matière agricole est de plus en plus abordée en milieu périurbain voir urbain par la littérature en sciences sociales, les processus de revitalisation agraire en milieu rural font encore l’objet d’un manque d’investigation. Ils obligent à reconsidérer tous les diagnostics de disparition ou de fin des paysans au profit de logiques dynamiques associant anciens et nouveaux agriculteurs, populations agricoles et non agricoles.

5Le 15 mars 2012 : présentation d’un ouvrage par Georges Carantino. La particularité de cette séance a été de poser un regard sur les travaux des chercheurs animateurs de ce séminaire et sur les thèmes transversaux qui les réunissent. L’occasion en a été offerte par la publication, aux éditions L’Harmattan en 2011, d’un ouvrage collectif, Ruralités contemporaines, que cette équipe a voulu réaliser ensemble pour célébrer les vingt ans de ce séminaire. Après avoir présenté la démarche et les différentes contributions, nous nous sommes attachés à dégager les thèmes communs aux différents textes, thèmes qui donnent aussi son identité à ce séminaire : le territoire et sa construction, le paysage entre nature et culture, les préoccupations environnementales, la relation entre le local et les différents niveaux du pouvoir, la part du sauvage et la part de l’homme, les transformations de la vie rurale et de la vie agricole. Puis nous nous sommes attachés à analyser les positions de ces chercheurs, pistant les manifestations de la conscience d’un nous, cherchant l’expression du lieu d’où ils parlent et l’évocation de leur itinéraire scientifique, analysant la construction de leur texte entre mécanique de l’analyse, tentation littéraire et utilisation de la parole recueillie. En dernier lieu, nous avons tenu à souligner la valeur pédagogique de l’ouvrage qui a su aborder de nombreuses facettes de la ruralité d’aujourd’hui et qui, par là, devrait donner des repères aux étudiants attirés par ce champ de recherche.

6Le 7 juin 2012 : Figures du sauvage : cormorans et vautours. À partir de ses différents terrains (Causse Méjan, Pyrénées françaises et espagnoles), Sophie Bobbé, anthropologue au Centre Edgar-Morin, a montré les difficultés à définir le sauvage, cette manière de classer les êtres, les choses et les espaces, manière de penser historiquement et culturellement datée. Autre problème, comment cohabiter avec le sauvage aujourd’hui alors que son statut a changé et qu’il entre désormais dans ce que nous appelons la conservation de la biodiversité ? On distingue de nos jours le sauvage reconnu légalement du fauve : en raison de l’objectif visé, il n’est plus reconnu comme dangereux, on le territorialise, on l’écologise, on le gère. Mais quand l’espèce se révèle dangereuse ou trop envahissante que fait-on ?

7Le 21 juin 212 : L’ONF et la démarche dite des « Forêts d’exception ». Les forêts dites « d’exception » ont été l’occasion de croiser les regards de l’agronome et historien Olivier Nougarède (INRA) et du photographe indépendant Sylvain Duffard. Le premier a donné la définition de ces 17 forêts domaniales auxquelles s’applique une gestion particulière de l’ONF ; le second a exposé les photographies prises dans ces mêmes forêts avec une démarche d’ethnologue s’intéressant aux fréquentations et usages quotidiens des lieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Goy, Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Martin de La Soudière, Martyne Perrot, Michel Streith, Pierre Alphandéry et Bernadette Lizet, « Ethnohistoire de la France rurale », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 183-185.

Référence électronique

Joseph Goy, Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Martin de La Soudière, Martyne Perrot, Michel Streith, Pierre Alphandéry et Bernadette Lizet, « Ethnohistoire de la France rurale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21742

Haut de page

Auteurs

Joseph Goy

Articles du même auteur

Rolande Bonnain-Dulon

Articles du même auteur

Jacques Cloarec

Articles du même auteur

Martin de La Soudière

Articles du même auteur

Martyne Perrot

Articles du même auteur

Michel Streith

Articles du même auteur

Pierre Alphandéry

Articles du même auteur

Bernadette Lizet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org