Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Sociétés centre-asiatiques médiévales : migrations et acculturations

Étienne de La Vaissière
p. 179-181

Texte intégral

Étienne de La Vaissière, directeur d’études

1. Asie centrale médiévale : éléments d’histoire économique globale

1Ce premier séminaire à l’EHESS a été consacré à l’histoire économique de l’Asie centrale du haut Moyen Âge, et plus précisément à une tentative de rassemblement et de lecture des rares documents disponibles à la lumière de l’opposition wallersteinienne entre le grand commerce de produits de luxe, considéré comme économiquement non structurant, et le commerce de biens de gros, dont le rôle serait déterminant dans l’essor européen au XVIe siècle. En effet, l’Asie centrale, ou pour parler vulgairement la « route de la soie », est l’objet d’un discours étonnant de la part des chercheurs tentant d’aborder les questions d’histoire globale. En réaction aux travaux de Wallerstein, nombre d’entre eux ont en effet tenté de soutenir l’idée d’un système-monde médiéval, voire antique (ou préhistorique pour les plus extrêmes), Or l’évidente nécessité d’arrimer la Chine à l’ensemble a conduit à des développements largement théoriques sur ce qui se passe en, et par, l’Asie centrale ainsi que par l’océan Indien. Nous n’avons traité dans ce séminaire que des voies caravanières : force est de constater que rien dans ces analyses n’a le moindre ancrage dans des données proprement centre-asiatiques, dont ces chercheurs semblent très mal informés. L’unité des évolutions est postulée plutôt que démontrée : pour ne prendre qu’un exemple, des cycles économiques en phase ont été proposés du Proche-Orient à la Chine, quitte à ignorer que l’économie chinoise s’effondre au moment même où les Abbassides prennent leur essor... À rebours de ces travaux, il s’est agi dans ce séminaire de préciser les données centre-asiatiques en retournant au cadre wallersteinien – beaucoup plus efficace que ces dilutions récentes – afin d’en tester la validité.

2Après une présentation très classique des corpus documentaires ainsi que des problématiques d’histoire globale, on s’est attaché à décrire, documents textuels et archéologiques en main, la complexité d’échanges dans lesquels le bien le plus susceptible d’être vendu au loin, le rouleau de soie, est également une quasi-monnaie ; où le poids de l’armée chinoise génère des phénomènes de transferts de biens pondéreux à longue distance ; où l’établissement du système des marchands ortaq transforme le tribut versé aux nomades en capital marchand ; où chaque grande puissance – Chine, Byzance, Iran – a sa propre politique commerciale qui est intégrée par les marchands dans une réflexion de dimension eurasiatique : toute une situation historique précise qui manque aux analyses théoriques citées ci-dessus. Si la distinction centre/semi-périphérie/périphérie, si importante chez Wallerstein, ne semble pas en l’espèce fonctionnelle, en revanche ses distinctions entre empire-monde et économie-monde sont pertinentes, de même que l’opposition entre biens de gros et biens de luxe. La question reste cependant ouverte du degré d’utilisation ou de la quantité nécessaire pour faire passer un bien d’une catégorie à l’autre, car il est douteux que la soie puisse être considérée comme un bien rare dans le cadre de la société chinoise. L’extension coloniale de l’empire-monde oriental à une bonne partie de l’Asie centrale a induit un gradiant est-ouest dans cette répartition entre catégories. Le grand commerce caravanier ne semble pas avoir d’effet structurant majeur dans les économies impériales ; seules les sociétés intermédiaires, qui pèsent peu à l’échelle asiatique – la population de Turfan, l’une des principales plaques tournantes caravanières représente moins d’un millième de la population chinoise du temps – en ont été bouleversées. Il n’y a pas de mise en phase des grandes économies impériales par l’Asie centrale et ce n’est pas par là que l’on pourra infirmer les idées de Wallerstein ; le commerce maritime, aux volumes bien plus importants, pourrait être à cet égard plus décisif.

2. Politiques nomades médiévales

3Ce séminaire avait pour but d’initier les étudiants à l’histoire des nomades d’Asie centrale du IVe au VIIIe siècle en utilisant un certain nombre de travaux très récents et de discussions en cours. Il s’agissait de préciser ce que l’on sait des aspects politiques de la vie des groupes nomades : transmission sur la longue durée de modes d’organisation supra-tribaux, recompositions charismatiques, détribalisations volontaristes dans le cadre d’armées impériales expansionnistes puis retribalisation sur de nouvelles pâtures, rapport au territoire aussi précis et défini que pour les sédentaires mais dans le cadre d’une économie autrement plus fragile, utilisation des noms tribaux comme autant de proclamations politiques à l’échelle de la steppe... Ces diverses problématiques ont été exploitées chronologiquement à propos des confédérations des Huns, des Rouran, des Ephtalites et enfin des Turcs.

4Plus précisément on a traité de la question du nom des Huns et de son impact sur la réception politique de ces tribus lors de leur migration vers la steppe occidentale, avec en parallèle la question de la migration des Avars. Symétriquement, a été abordé le problème complexe des relations entre l’entité politique désignée par ce nom et les cultures archéologiques qui le sont également, du bassin de Minusinsk et des Ordos à la Hongrie. Des traceurs archéologiques semblent faire le lien, leur trajet se surimposant au trajet du nom. La détribalisation à visée expansionniste par un chef charismatique a été abordée dans le cadre Rouran et dans le cadre des Turcs occidentaux (les dix Tümen du Semirech’e, et les On Ok), On a insisté sur la fragilité écologique des entités ainsi créées, trois années très froides suffisant à affaiblir l’empire des Turcs orientaux, tandis que la migration des Huns semble maintenant fermement liée à un contexte climatique très particulier attesté dans l’Altay par des études multifactorielles. La question des ressources économiques de ces confédérations a donc également été centrale à partir de l’exemple turc, mieux connu : l’empire de Xieli (620-630) est effectivement principalement pillard, ce que n’était pas celui de ses prédécesseurs. Les controverses actuelles sur les rapports économiques entre empires sédentaires et nomades (travaux de Barfield, Lattimore, Di Cosmo, Khazanov) se trouvent précisées pour une période qu’ils n’abordaient pas.

5Enfin, Simon Berger (ENS-Lyon) a présenté un exposé sur son travail de M1 portant sur la relation entre l’oasis du Khorezm et les nomades sur la longue durée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne de La Vaissière, « Sociétés centre-asiatiques médiévales : migrations et acculturations », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 179-181.

Référence électronique

Étienne de La Vaissière, « Sociétés centre-asiatiques médiévales : migrations et acculturations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21738

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org