Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale du Japon prémoderne, XVIe-XIXe siècle

Guillaume Carré
p. 177-178

Texte intégral

Guillaume Carré, maître de conférences

Commerce et piraterie en Asie Orientale : Japon et Corée au XVIe siècle

1Dans les années 1540-1560, la piraterie « japonaise » (wakô) connut une nouvelle flambée, deux siècles après celle qui avait déjà ravagé les côtes de la Chine et de la Corée. Plutôt centrée cette fois sur le sud de la Mer de Chine, cette vague de pillage épargna relativement le royaume de Choseon qui eut néanmoins à en subir les répercussions, et dut prendre des mesures pour conjurer cette menace. L’identité des pirates en question ne suscite pas les mêmes polémiques entre historiens japonais et coréens que ceux du XIVe siècle ; mais en revanche, les divergences dans l’appréciation du phénomène peuvent encore provoquer des frictions entre Chinois et Japonais. Car le phénomène semble en fait avoir débuté en Chine, lorsque des populations maritimes de l’embouchure du fleuve Yangzi commencèrent à défier les autorités impériales et les restrictions qu’elles imposaient à la navigation et au commerce, en particulier avec le sud-est asiatique. Les réseaux de trafiquants japonais rejoignirent le mouvement après que de l’argent commença à être extrait en masse de l’archipel. Les exactions de ces pirates en Chine et en Corée au milieu du XVIe siècle furent donc la conséquence de l’activité de réseaux de contrebande en Asie orientale, auquel participaient des Japonais bien sûr, mais aussi des Chinois et des Portugais, voire même, mais les témoignages sont plus rares, des Coréens. L’activité de ces trafiquants prit une telle ampleur qu’elle finit par rendre complètement obsolète le système de contrôle de commerce international mis en place par la dynastie chinoise des Ming, qui fut finalement contrainte d’y renoncer dans la seconde moitié du XVIe siècle. La baisse d’intensité des ravages commis par les wakô s’explique en partie par cette décision, mais aussi par la réunification du Japon à partir des années 1580 et le retour d’une autorité politique forte à Kyûshû, celle de Toyotomi Hideyoshi, qui allait bientôt exposer la Corée à de nouveaux périls.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon prémoderne, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 177-178.

Référence électronique

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon prémoderne, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21736

Haut de page

Auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org