Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire de l’Asie centrale post-mongole

Vincent Fourniau
p. 173-174

Texte intégral

101/03/2012

Vincent Fourniau, maître de conférences

Ethno-histoire de l’Asie centrale

2Les premières séances du séminaire sur l’histoire des identités ethno-sociales en Asie centrale ont été consacrées à l’examen critique des notions que l’intitulé même du séminaire propose : « identité », « ethno-social », « Asie centrale ». On s’est en particulier attaché à questionner la notion d’Asie centrale comme une aire historique, dans la perspective de plus larges débats autour des aires culturelles. Les recherches sur les significations dans lesquelles on trouve employés les principaux termes définissant de larges identités collectives dans les sources écrites de l’Asie centrale du XVe au XXe siècle sont menées avec le souci d’apporter de nouveaux arguments à ces débats.

3Pour la période du XVe au premier XIXe siècle, on met à profit la publication récente (depuis moins d’une dizaine d’années) de sources souvent inédites datant de ces périodes, principalement dans les pays d’Asie centrale. Les séries de documents concernant les Kazakhs, dont la parution est dirigée par l’Institut d’orientalisme d’Almaty, ont été présentées aux auditeurs du séminaire et mises à contribution, en particulier la série Qazaqstan tarixi turaly türki derektemeleri (Sources en langues türki concernant l’histoire du Kazakhstan), Cet institut publie aussi d’autres collections de documents ayant trait à l’Asie centrale et aux Kazakhs, selon la langue d’origine des sources : arabe, chinois, russe. L’ensemble constitue un effort documentaire inégalé actuellement dans la région. L’analyse de l’emploi des termes « kazakh », « ouzbek », « karakalpak » et d’autres est poursuivie dans ces sources dans plusieurs registres. Il en ressort une matière extrêmement riche et peu mobilisée jusque-là dans l’étude des systèmes politiques et de la territorialité en Asie centrale post-timouride.

4La réflexion se poursuit par des recherches sur l’emploi de ces termes au XXe siècle. À l’époque soviétique, les tensions entre le pansoviétique et le national, ainsi qu’entre l’initiative locale et l’hypercentralisation transforment radicalement les conditions dans lesquelles l’affirmation du soi collectif peut s’exprimer dans les registres du politique et de la territorialité. Les événements de 1991 aboutissant à l’indépendance des pays d’Asie centrale consolident un paradoxe peu exploré : la double rupture après 1991 n’a pas seulement apporté l’indépendance politique, elle est aussi présentée comme ayant permis de libérer la circulation des idées et des hommes entre monde occidental et ancien monde communiste. Or, dans le domaine des sciences sociales et sur les questions de l’identité et de l’histoire de l’idée nationale, il est paradoxal de noter que les approches occidentales s’éloignent de plus en plus de celles qu’on développe dans les pays d’Asie centrale depuis 1991, plus encore qu’à l’époque soviétique. Les changements dans le jeu des légitimités ont relancé un mécanisme d’instrumentalisation dans un contexte où il y a infiniment moins de moyens pour la recherche et où la question des nations est directement liée à celle de l’État, qui ne se veut plus multinational.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Fourniau, « Histoire de l’Asie centrale post-mongole », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 173-174.

Référence électronique

Vincent Fourniau, « Histoire de l’Asie centrale post-mongole », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21734

Haut de page

Auteur

Vincent Fourniau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org