Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will
p. 168-170

Texte intégral

Christian Lamouroux, directeur d’études

Lettrés, fonctionnaires et militaires : la construction de l’État bureaucratique en Chine (Xe-XXe siècles)

1Notre enquête sur le rôle des militaires dans l’État bureaucratique des Song (960-1279) s’est centrée cette année sur la question du renforcement de l’autorité impériale. Guidés par plusieurs travaux japonais et chinois, nous avons lu des biographies d’officiers en charge des approvisionnements pour comprendre comment, à partir du milieu des Tang et durant les Cinq dynasties (755-960), l’évolution de leurs missions et le développement des administrations régionales placées sous leur autorité avaient déterminé les fonctions des intendants fiscaux (zhuanyunshi) au XIe siècle. Du fait de l’instabilité politique chronique à partir des années 880, les nominations de ces officiers ont pu être irrégulières et des différences dans leurs fonctions ont pu apparaître, mais l’existence d’un profil professionnel commun a été mise en évidence. Proches de l’empereur, régulièrement issus de l’administration fiscale et donc rompus à la perception de l’impôt et à la gestion différenciée des ressources centrales (shengqianwu) et des finances locales, ces officiers ont sans cesse élargi leur champ de compétences au Xe siècle, en devenant des acteurs majeurs de la centralisation impériale. La coordination logistique qu’ils ont assurée entre divers niveaux administratifs pour mettre en place le système des bases d’approvisionnement (jiuliang) des troupes centrales a accéléré l’affaiblissement des pouvoirs locaux : ils imposaient en effet une assiette territoriale qui dépendait de nouvelles chaînes de commandement et de contrôle. Ce nouveau « régime territorial d’autorité », selon la belle formule de Ruth Mostern dans son livre de 2011, Dividing the Realm in Order to Govern, a été évoqué à travers les réformes engagées par les deux premiers empereurs des Song à la faveur des guerres de conquête. En 978 les préfectures, avec leurs sous-préfectures, furent rattachées à l’administration centrale de la capitale, ce qui brisait définitivement le lien de dépendance qu’elles entretenaient avec les échelons régionaux. Les ressources mobilisées grâce aux taxations et à la levée des services en travail au niveau des sous-préfectures assuraient à la préfecture, l’unité territoriale dépendant directement du pouvoir central, des formes d’autonomie financière, elle-même directement soumise à des systèmes centraux de contrôle sur les ressources et sur les administrateurs. Nous avons cherché à contextualiser la naissance de cette ingénierie territoriale en prenant en compte l’offensive lettrée contre les militaires, accusés de mettre en danger la dynastie avant la paix de 1005 avec les Kitan. Plusieurs mémoires adressés à l’empereur Zhenzong (997-1022) par Qian Ruoshui (960-1003) ou Sun He (961-1004) ont révélé que ces hauts fonctionnaires fondaient alors l’autorité impériale sur le bornage assumé du territoire et la capacité de l’empereur à régler la tension permanente entre une menace « extérieure » inévitable et un contrôle « intérieur » indispensable. Dès lors, selon le modèle censément légué par le fondateur de la dynastie, c’est parmi l’ensemble de ses fonctionnaires, civils et militaires, que le souverain devait trouver les bons chefs de son armée : des « généraux lettrés » (rujiang), Nous avons alors cherché à préciser ce qu’étaient ces généraux grâce aux biographies de Cao Liyong (971-1029), petit officier devenu commissaire de la Cour des affaires militaires (shumiyuan), et de Liu Ping (973-après 1040), le premier lettré à avoir atteint un des postes des Trois Commandements (sanya), En suivant les études que Ho Koonwan (He Guanhan) leur a consacrées, nous avons insisté sur les affaires d’État qui marquèrent leur fin respective et les polémiques suscitées alors autour de l’arrogance et de l’ambition des militaires, en nous interrogeant, pour finir, sur l’impact éventuel de ces polémiques sur la redéfinition de la notion de « corps institutionnel de l’État » (guoti), Plusieurs aspects de cette recherche ont été repris dans une communication, « The khitan and the making of a new sovereignty in northern China (10th-11th century) », présentée lors de l’atelier « Mobile empires », organisé les 1er et 2 mars 2012 au Wissenschaftkolleg de Berlin.

Publication

  • « Zhongguo songdai wenren shidafu de shougongye laodong guannian juou (10-12 shiji) », dans Comité d’édition, Zhang Guangda xiansheng bashi huadan zhushou lunwenji, Taipei, Xin wenfeng chuban gongsi, 2010, p. 433-468 (version chinoise de « Le travail artisanal en Chine (Xe-XIIe siècle) – Entre curiosité lettrée et expertise bureaucratique », Revue de synthèse, 2010, 131/6e série, n° 2), publié en 2011.

Christian Lamouroux, Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

Curiosité savante, culture politique et sociabilité lettrée dans le Mengxi bitan de Shen Gua (1031-1095)

2Durant cette deuxième année de séminaire consacré au Mengxi bitan de Shen Gua (1031-1095), dont le texte constitue un des exemples les plus achevés des « Notes au fil du pinceau » sous les Song (960-1279), nous avons continué à explorer l’histoire des institutions dans le chapitre I, « Précédents et usages » (gushi), tout en élargissant notre travail au premier des deux chapitres sur l’« administration publique » (chap. 11, guanzheng), À nouveau, nos traductions et les commentaires joints à chaque entrée ont grandement profité des discussions avec les étudiants et les collègues provenant de diverses unités de recherche sur la Chine qui assistaient au séminaire. Dans le chapitre I, dont la lecture est désormais terminée, nous avons abordé l’organisation des gouvernements militaires régionaux, que Shen Gua décrit à partir de sa propre expérience dans le Shaanxi, et le rôle de la Cour des affaires militaires dans la transmission des décisions de l’empereur ; l’étiquette de cour, concernant aussi bien les apparitions et déplacements de l’empereur, à l’intérieur et hors du palais, les nominations des hauts fonctionnaires, ou encore le traitement différencié réservé aux candidats aux examens centraux selon les types d’épreuves passées ; les modes de conservation des documents dans les bibliothèques du palais ; la précarité des conditions de vie des académiciens au début de la dynastie, ainsi que les privilèges hiérarchiques dont jouissaient divers hauts fonctionnaires au sein du palais. L’entrée la plus riche est sans conteste l’analyse minutieuse d’une archive administrative datant de 934 et concernant la nomination du commissaire aux finances Liu Xu de la dynastie des Tang postérieurs (923-936), une pièce que Shen Gua dit avoir acquise personnellement et conserver chez lui. La description circonstanciée des procédures est nourrie par la comparaison avec celles que suivent les documents correspondants sous les Song, inspirées en partie de ce modèle. Une telle entrée fait écho aux notules que nous avons lues dans le chapitre sur l’« administration publique », lesquelles s’attachent à décrire certains dispositifs fiscaux ; certains équipements ou dispositifs militaires ; l’organisation des financements publics et le souci de disposer d’informations économiques fiables ; des exemples d’interprétations juridiques révélant l’intelligence des magistrats dans des cas épineux et illustrant leur combat contre les potentats locaux ; la subtilité des sanctions touchant aux grades et aux rangs des fonctionnaires punis pour faute professionnelle. Le texte comporte quelques morceaux de bravoure, tel l’exposé chiffré de l’approvisionnement d’une armée en campagne, problème dans lequel Shen Gua fait jouer deux variables, les effectifs mobilisés et les distances à parcourir. Cette entrée, dont les calculs assez simples ne sont pas sans présenter quelques obscurités, est emblématique de la démarche générale de l’auteur : il traite d’un problème pratique, voire banal, d’optimisation des ressources, tout en laissant entrevoir une réflexion théorique et plus générale. Celle-ci est manifeste surtout dans une autre grande entrée du même chapitre, consacrée à la compilation par l’administration des informations sur les prix, et célébrée par les auteurs modernes comme une première tentative de « recherche opérationnelle ». Cette rationalité « moderne », souvent mise en avant pour caractériser la période des Song du Nord, est également présente dans plusieurs notules, tout aussi fameuses, qui présentent tour à tour la politique de relance de la consommation par Fan Zhongyan (989-1052), lequel, préfet à Hangzhou, aurait de la sorte lutté efficacement contre une famine en 1050 ; l’existence de techniques mises au service d’une forme authentique de médecine légale ; l’ingéniosité des hydrauliciens mobilisés pour colmater les brèches ouvertes par les crues du fleuve Jaune, ou encore la redécouverte de techniques anciennes à la suite de la décision malheureuse d’affaiblir la digue qui protégeait l’estuaire de la rivière Qiantang des destructions causées par le célèbre mascaret.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 168-170.

Référence électronique

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21730

Haut de page

Auteurs

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org