Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle

Serge Gruzinski
p. 162-163

Texte intégral

Serge Gruzinski, directeur d’études

De l’histoire coloniale à l’histoire globale

1Par quels chemins l’histoire, cette discipline née dans le monde méditerranéen et mise au point dans l’Italie du Quattrocento, est-elle devenue un outil de mise en forme et d’interprétation du passé appliqué – et applicable – au reste de la planète ? Il nous semble que l’expérience ibéro-américaine a joué un rôle déterminant dans cette universalisation ou « dé-provincialisation » de la discipline : la nécessité de rendre compte de passés multiples sans équivalent dans l’Ancien Monde (las antigüedades americanas) et surtout de développer un système d’interprétations axé sur le saut d’un monde non-occidental à une société coloniale à dominante ibérique a profondément remanié l’écriture de l’histoire. Les séances de la rentrée ont d’abord posé une série d’hypothèses de travail à creuser dans les années à venir en repérant dans les sources ibériques de quelle manière le vieil outil européen s’est redéployé pour aborder les transformations déclenchées par l’irruption des Castillans sur le sol américain. Puis nous avons lancé notre enquête en explorant les écrits de Hernan Cortés et du franciscain Toribio de Benavente dit Motolinía. Plusieurs chapitres des Lettres de relation et des Memoriales ont guidé ces analyses. Pour rendre compte de l’évolution de l’écriture de l’histoire dans le Nouveau Monde et de la singularité de ce processus, il fallait également commencer à revenir sur l’essor de la discipline dans l’Italie des humanistes (Leonardo Bruni, Machiavel, Guichardin) et dans le Portugal du XVIe siècle (Joâo de Barros, Diogo do Couto, etc.), Par ailleurs nous avons consacré trois séances à la crise du Mexique contemporain en accueillant les conférences de notre invité Alfonso Alfaro (Artes de Mexico) sur les élites mexicaines, la place de la religion et la signification de la violence qui submerge ce pays. Esteban Villaroel a prolongé cette enquête à partir du making of qu’il a réalisé pour le film, couronné à Cannes, de Carlos Reygadas, Post Tenebras Lux. Présentation complétée par la présentation de l’exposition Resisting the Present à laquelle a contribué le responsable de ce séminaire. Enfin Carmen Bernand (UIF), en nous présentant son étude sur les musiques populaires de l’Amérique latine, et Louise Bénat Tachot (Université Paris-Sorbonne) avec ses réflexions stimulantes sur la prise en compte et la conceptualisation de l’espace américain au cours du XVIe siècle, ont enrichi le programme de cette année.

Publications

  • L’aigle et le dragon. Démesure européenne et mondialisation, XVIe siècle, Paris, Fayard, 2011.
  • « “I offer you explanations of yourself” : Globalizing mexican art to resist the present », Resisting the Present, Mexico 2000-2012, catalogue, Paris-Musées, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Museo Amparo (Puebla), 2011, p. 302-307.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 162-163.

Référence électronique

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21723

Haut de page

Auteur

Serge Gruzinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org