Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Constructions spatiales et pratiques sociales en Amérique ibérique, XVIe-XIXe siècle

Geneviève Tranchand
p. 161-162

Texte intégral

Geneviève Tranchand, maître de conférences des universités

Les espaces de la démesure : formes et représentations

1La notion de démesure et les mécanismes qui lui sont liés ont produit, de tout temps, des ajustements régulateurs conçus pour mettre en correspondance l’individu, les sociétés auxquelles il appartient et l’ensemble des relations qui les unissent avec leur environnement spatial et circonstanciel.

2Rapportée aux thèmes de la découverte, de la conquête et de l’exploration, la démesure connaît un large champ d’expressions, d’usages et de représentations auxquels le continent américain semble avoir offert un espace privilégié, à la faveur d’une situation de rencontre.

3Durant l’année, diverses approches ont été tentées pour inventorier les processus d’appropriation de l’espace américain par les conquérants espagnols, telle l’adaptation du vocabulaire qui, usant tout à la fois de l’analogie et du vernaculaire, reconstruit l’espace en termes européens pour asseoir la légitimité de la conquête. Une attention particulière a été portée aux histoires, chroniques ou chansons de geste qui, reprenant les hauts faits de grands conquérants, ont nourri les rêves des nouveaux découvreurs, tandis que les progrès issus, tout au long du Moyen Âge, de la reconstitution des héritages du passé réveillaient les règles antiques de la polémologie et rapportaient à ces héritiers les exemples illustres de leurs prédécesseurs.

4S’attachant à éclairer le plus proche par le plus lointain, puis laissant de côté ce qui pouvait apparaître comme origine ou commencement pour s’employer à en saisir les causes et les effets – et à les distinguer –, l’effort s’est porté sur l’intérêt d’une construction de systèmes propre à mettre en forme l’objet de l’étude. On a, en ce sens, revisité les textes anciens pour s’efforcer d’ouvrir à cet agencement complexe que produisent l’œuvre cumulative des connaissances et les novations ou les altérations auxquelles il conduit.

5Ainsi la guerre juste, abordée par saint Augustin et Thomas d’Aquin, révisée à l’occasion de la Reconquista, incite-t-elle à la reconsidération des règles de belligérance. La circumnavigation entamée par Magellan et poursuivie par son équipage met en œuvre le long débat relatif à la libre circulation sur les mers. La perte des monopoles qui ruine les empires débouche sur la construction d’autres appétits marchands.

6Jusqu’à la mise à sac des temples amérindiens et autres lieux de culte aux fins de l’extirpation de l’idolâtrie qui, dès la fin du XVIe siècle, suscite la désapprobation de l’Église quant à la violation des sépultures indigènes, bien avant que la condamnation du vandalisme ne l’emporte sur le panégyrique de l’iconoclasme et qu’un sentiment d’appartenance nationale ne prélude à la naissance d’un intérêt commun, visant à la protection d’un patrimoine culturel.

7Cette longue évolution suit le développement de travaux savants qui, composant avec l’alchimie, la médecine, les mathématiques, la cosmogonie, aboutissent soit à des sciences différenciées capables de donner accès à la connaissance d’une nature qui n’en finit pas de livrer des mystères que l’on voudrait percer, expliquer et, ce faisant, s’approprier, soit une prise de possession par une mise en culture, une exploitation, une domestication.

8Et tandis que le regard du voyageur se forme à la beauté de la nature et des réalisations humaines, le voyageur lui-même et son alter ego, le savant, se heurtent à la diversité de l’espèce humaine, voient dans l’étrangeté de certains peuples les plus nobles raisons de la colonisation européenne et dans l’ampleur de l’organisation de l’espace l’importance du pouvoir et de son exercice.

9De la démesure, il semble qu’elle occupe, en toutes situations, une position première à laquelle il convient d’apporter une mesure, une mise en ordre, elle-même rapidement dérangée par un zèle qui l’entraîne vers l’excès et le défaut. De là une quête incessante et toujours novatrice pour tenter d’établir un entre-deux indéterminable, un intermédiaire constamment évolutif entre rien et tout.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Tranchand, « Constructions spatiales et pratiques sociales en Amérique ibérique, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 161-162.

Référence électronique

Geneviève Tranchand, « Constructions spatiales et pratiques sociales en Amérique ibérique, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21722

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org