Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles

Patricia Sampaio Silva, Alberto Da Silva, Glauber Sezerino et Pia Rius
p. 158-160

Texte intégral

Patricia Sampaio Silva, maître de conférences

1. Anciennes et nouvelles ruralités

1Nous avons poursuivi nos réflexions sur l’histoire du monde rural brésilien, à partir de l’étude de cas d’un front pionnier de l’intérieur des terres de l’État de São Paulo, dont la société n’émerge qu’avec la construction d’une voie ferrée en 1906. La prise en compte de la naissance, autour de gares, de vastes municipes ruraux – comportant donc des villes et villages – nous a permis dans un premier temps d’approcher la ruralité au-delà d’une opposition à l’urbanité. Il a été d’abord question d’étudier l’importance des experts géomètres (agrimensores), dans la nouvelle configuration de l’espace tant agricole que citadin.

2Partant du tracé des modestes périmètres urbains, qui naissent désormais laïcs et où, pratiquement dès leur émergence, cohabitent églises catholiques, temples méthodistes et loges maçonniques, nous nous sommes intéressés à ce vivre ensemble, non exempt de conflits. Puis nous nous sommes intéressés aux origines de ceux qui sont venus coloniser une région, pour le moins inhospitalière mais dont l’espace rural avait été quadrillé en propriétés de 30 à 100 hectares et mises en vente à des prix relativement modestes, rendant possible l’installation de migrants nationaux et étrangers. Une attention particulière a été alors accordée à des flux migratoires auxquels l’historiographie n’a pas encore prêté grande attention. D’une part la réalité de migrants portugais qui s’installent dans le monde rural, dont on ne dispose guère de travaux comparés à ceux consacrés à l’analyse de leur existence dans les grands centres urbains et de leurs rôles dans les activités commerciales. De l’autre, nous avons ouvert un chantier concernant les migrations internes, puisque nombre de brésiliens, pourtant classés comme « immigrants » à leur arrivée à São Paulo, fournissent un grand contingent, aux côtés des Italiens, des Espagnols et des Japonais, d’ouvriers agricoles dans les plantations de café.

2. Constructions et déconstructions du Brésil I : langue et perspectives historiographiques de la société brésilienne contemporaine (fin XIXe et XXe siècles)

3Comme l’année dernière, ce séminaire – destiné en priorité aux doctorants et étudiants du master – a été l’occasion de fournir à ses participants une mise à niveau de l’histoire du Brésil contemporain (XIXe-XXe siècles), Les séances ont été ainsi consacrées à l’analyse de différents courants historiographiques, tant brésiliens que brésilianistes, qui, bien que marqués par une diversité d’approches et d’interprétations, ont essayé de rendre compte de la spécificité de ce pays.

4Nous avons ainsi mené une double réflexion. Il a été question de s’interroger sur le contexte et les enjeux de ces productions historiographiques – partant du principe que celles-ci sont aussi autant de sources nous permettant de saisir les sollicitations d’une époque – puis, à la lumière des recherches les plus récentes, de revisiter changements majeurs survenus dans la société brésilienne.

5Partant de la « guerre du Paraguay (1865-1870) », nous avons abordé la littérature traitant, entre autres, de la diffusion des idées scientifiques, de l’abolition de l’esclavage, du passage de la monarchie à la république, des transformations des années 1920, de l’avènement de l’Estado Novo ou du coup d’État de 1964. Nous avons pu compter par ailleurs sur l’intervention de Marcos Bretas (Université fédérale de Rio de Janeiro), venu nous exposer ses recherches sur la police de Rio de Janeiro au début du XXe siècle.

Patricia Sampaio Silva, maître de conférences
Alberto Da Silva, Glauber Sezerino

L’histoire du Brésil racontée à travers le cinéma

6Parmi les plusieurs supports permettant d’appréhender les sociétés brésiliennes actuelles et anciennes nous avons choisi cette année le cinéma, en accordant une préférence aux productions nationales. Le séminaire, mensuel, est donc constitué de sept projections/conférences comportant trois moments : premièrement, la projection du film ; deuxièmement, une explication, en mettant en valeur les contextes et l’analyse du récit, et, finalement, à l’appui des références bibliographiques, un débat, pour que chacun puisse à la fois émettre ses interrogations et ses observations. Les thèmes traités ont été ainsi fort divers. Partant de la colonisation on a abordé, entre autres, la question de l’esclavage, celle des enjeux sociopolitiques et économiques, celle des mouvements culturels ou celle de la réalité à la fois du monde rural et des classes subalternes des grandes villes. Détail des séances : 4 novembre 2011, Desmundo (2002) d’Alain Fresnot ; 2 décembre 2011, Le Dieu noir et le Diable blond (1964) de Glauber Rocha ; 6 janvier 2012, Baixio das Bestas (2007) de Claudio Assi ; 3 février 2012, Madame Satã (2003) de Karin Ainouz ; 6 avril 2012, Quanto vale ou é por quilo ? (2005) de Sérgio Bianchi ; 4 mai 2012, Cariota Joaquina (1995) de Caria Camurati ; 1er juin 2012, Macunaïma (1970) de Joaquim Pedro de Andrade.

Patricia Sampaio Silva, maître de conférences
Pia Rius, chargée de cours à l’INSEEC-Paris

Des deux côtés de l’Équateur : études sociohistoriques des mondes latino-américains

7Ce séminaire a été conçu à la fois comme un espace de réflexion autour de la question de la recherche interdisciplinaire et comme un atelier de travail pour les étudiants de master afin d’encourager le dialogue entre les traditions académiques françaises et des différents pays étudiés. Nous nous sommes proposés, au départ, d’accorder une attention particulière à ceux et à celles qui, soit n’ayant pas une formation en Europe, soit venant d’autres disciplines, ont choisi de travailler sur l’Amérique latine, nécessitant par là de faire appel à la « traduction ». Or il s’est avéré que la majorité de ces étudiants étaient justement latino-américains et outre les questionnements sur l’emploi des catégories ou celle de l’utilisation des sources historiques, nous nous sommes penchés particulièrement sur la traduction comme outil heuristique. Si comme nous l’avait déjà enseigné Marc-Bloch, « les mots ne sont pas des omnibus que l’on pourrait emprunter » pour traverser ni le temps, ni l’espace, la traduction aussi implique une comparaison des termes proches, le contraste des divergences, le déploiement d’outils analytiques afin de saisir un univers de sens, et des pratiques.

8Partant de ces interrogations, nous avons présenté nos propres recherches sur l’Argentine et le Brésil. Les catégories administratives ont été particulièrement analysées afin de distinguer le regard de l’expert de celui du sociologue. Aussi nous avons invité plusieurs intervenants afin d’illustrer les diverses méthodologies et approches théoriques, dans l’objectif, entre autres, d’offrir des outils de traduction au sein même de la sociologie. Alberto da Silva est intervenu sur l’utilisation du film dans l’enquête sociologique ; Maxime Quijoux, à partir de l’étude des usines récupérées en Argentine dans les années 1990, a déployé la notion de « travailleur du zèle » ; Paola Diaz a présenté ses recherches sur la difficulté d’étudier les violations des droits de l’homme et la torture au Chili. Dans ce cadre, la traduction s’offre comme une manière de saisir la nature de ses événements. Finalement Consuelo Biskupovic a analysé la notion de « risques naturels » à partir d’une étude ethnographique du piedmont à Santiago, Chili.

9Le séminaire a également accueilli deux ateliers pendant lesquels les étudiants ont présenté leur problématique de recherche en rapport avec le séminaire ainsi que des notions soumises à la discussion générale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Sampaio Silva, Alberto Da Silva, Glauber Sezerino et Pia Rius, « Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 158-160.

Référence électronique

Patricia Sampaio Silva, Alberto Da Silva, Glauber Sezerino et Pia Rius, « Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21718

Haut de page

Auteurs

Patricia Sampaio Silva

Articles du même auteur

Alberto Da Silva

Glauber Sezerino

Pia Rius

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org