Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Histoire de l’innovation et des technologies de l’information

Larissa Zakharova, Yves Bouvier, Léonard Laborie, Valérie Schafer, Stéphanie Le Gallic et Benjamin Thierry
p. 152-154

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Larissa Zakharova, maîtresse de conférences
Yves Bouvier, maître de conférences à l’Université de Savoie
Léonard Laborie, Valérie Schafer, chargés de recherche au CNRS
Stéphanie Le Gallic, allocataire-moniteur à l’Université Paris-Sorbonne
Benjamin Thierry, PRAG à l’IUFM Paris-Sorbonne

1Le séminaire a permis de mener une réflexion collective autour des technologies de l’information et de la communication, en s’intéressant aux acteurs de l’innovation (individuels et collectifs), à leurs interactions, à la charnière des mondes politiques, économiques et sociaux et à des circulations des savoirs, des pratiques et des techniques à des échelles nationales et transnationales.

2Deux séances ont montré comment des techniques nouvelles tracent leurs chemins vers les usagers, en dépassant des échecs et en élargissant les marchés. Patrick Fridenson (EHESS) a analysé les modalités du passage du GPS du militaire au civil, son appropriation par des entreprises privées ou d’autres pays que les États-Unis. Les pratiques de co-innovation, de réception, la formation d’un marché, avec notamment des conflits entre recherche fondamentale et appliquée ou les rapports des constructeurs automobiles à l’électronique ont témoigné que l’histoire du GPS dépasse la seule question technique ou l’intégration dans une économie innovante, mais interroge également les imaginaires, soulève la question des brevets et de la normalisation, aussi bien que des enjeux politiques et territoriaux.

3Elvina Fesneau (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne) a présenté le contexte du lancement des postes à transistor en France au milieu des années 1950 (réticences des industriels, études de marché peu engageantes, échec relatif du Regency, développement de postes portatifs à lampes aux États-Unis...), et en particulier le cas du Solistor industrialisé et commercialisé par la CSF. Spécialisée au départ sur les séries militaires, la CSF se tourne à partir de 1954 vers le marché grand public. Elvina Fesneau a analysé les raisons de l’échec du Solistor, qui tiennent autant à des problèmes de fixation des prix, qu’à des accords peu féconds avec Philips ou aux difficultés de l’entreprise à passer d’une « culture lampiste » à une « culture transistor ». Le rôle de précurseur de la CSF n’a pas été garant d’un succès qui l’obligeait à s’improviser experte sur le marché grand public. Elvina Fesneau a montré comment la France devient ensuite le premier pays européen équipé en postes à transistor, pour des raisons notamment techniques : le contexte du double réseau radiophonique français favorise l’arrivée massive de postes à transistor japonais équipés de la modulation d’amplitude au milieu des années 1960. Elle a par ailleurs analysé les conditions de développement de l’objet nomade transistor, et établit des liens féconds entre radio et TIC sous l’angle de la portabilité et de la mobilité, qui invitent à penser ces notions dans le temps long.

4Trois autres séances ont insisté sur l’Imbrication entre technique et politique. L’une d’entre elles, organisée autour de l’ouvrage de Steven T. Usdin, Engineering Communism. How Two Americans Spied for Stalin and Founded the Soviet Silicon Valley (New Haven, Londres, Yale University Press, 2005) a permis d’aborder l’Introduction des innovations technologiques dans le contexte soviétique, en montrant que le patronage des dirigeants haut placés était un facteur essentiel pour le succès d’une Innovation. Une comparaison avec la réception d’autres technologies dans le contexte soviétique a servi à souligner une vision absolument linéaire du progrès technique en URSS, sans droit à un tâtonnement, à une erreur ou à une impasse. La crainte des répressions de la part des ingénieurs et le caractère planifié de l’économie expliquent la tendance des Soviétiques à développer les technologies déjà testées dans les pays capitalistes et à opter en faveur de l’espionnage industriel. Cette particularité du régime soviétique révèle l’importance des passeurs (go-betweens) et des circulations transnationales pour les développements des TIC en URSS.

5La séance « Gouverner dans la “société de l’information” : les TIC au secours de la démocratie européenne », animée par Romain Badouard (Université technologique de Compiègne) a, quant à elle, analysé les relations de la Commission européenne aux TIC, et l’utilisation dans le cadre des politiques publiques des TIC, en particulier pour communiquer avec les citoyens. À travers l’étude des dispositifs participatifs et des stratégies mises en place, qui s’apparentent parfois à des communications de crise, à travers l’analyse des consultations européennes via Internet, qui mobilisent souvent davantage les acteurs de la société civile, plus rarement le citoyen européen, à travers celle des interactions qui se nouent autour des plateformes de discussion et de la rencontre d’un projet politique et de l’inventivité des internautes, ont été posées des questions essentielles, qui touchent à la démocratie technique, à la participation citoyenne, à la représentativité de la société civile, au multilinguisme européen ou encore au rapport culturel aux TIC et à la démocratie européenne.

6La question de la démocratie technique a aussi été au cœur de l’intervention de Marie Carpenter (Télécom École de management), « La bataille des télécoms. Vers une France numérique ». Elle a montré comment, dans les années 1970, le changement du dispositif politique (apparition d’une petite équipe soudée autour des dirigeants d’État) et institutionnel (l’autonomisation de la DGT (Direction générale des télécoms) vis-à-vis des PTT et sa récupération du contrôle stratégique des produits, des technologies et des procédés), la restructuration industrielle (la montée en puissance de Thomson), ainsi que la création des associations des ingénieurs des télécoms et des usagers ont autorisé le développement de la téléphonie pour tous. Les liens étroits entre la recherche, le service et les usagers ont été présentés comme des conditions indispensables à la progression de l’innovation.

7Deux autres séances ont suscité une réflexion sur l’épistémologie des sciences de l’innovation et des TIC. L’intervention de Xavier Sené (BnF) consacrée aux collections de jeux vidéo à la BnF a révélé les enjeux du dépôt légal et de la patrimonialisation des TIC. Il a pu ouvrir aux problématiques qui prennent les jeux vidéo pour objet de recherche, notamment la question du jeu comme forme de communication et de sociabilité. Jean-Michel Besnier (Université Paris-Sorbonne) a proposé une réflexion autour des relations entre éthique et innovation, posant notamment la question des finalités des technologies. Il a abordé la question des imaginaires portés par les innovations technologiques et des représentations que les sociétés s’en font, dans une perspective diachronique. Il a proposé un parcours centré autour des questions médicales et des idéologies transhumanistes, qui voient l’innovation de plus en plus comme un fétiche pour se débarrasser du corps et aller vers la « cyborgisation de l’humain ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larissa Zakharova, Yves Bouvier, Léonard Laborie, Valérie Schafer, Stéphanie Le Gallic et Benjamin Thierry, « Histoire de l’innovation et des technologies de l’information », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 152-154.

Référence électronique

Larissa Zakharova, Yves Bouvier, Léonard Laborie, Valérie Schafer, Stéphanie Le Gallic et Benjamin Thierry, « Histoire de l’innovation et des technologies de l’information », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21702

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org