Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Anthropologie et histoire des techniques

François Sigaut, Sophie Archambault de Beaune, Narjys El Alaoui, Hara Procopiou, Cozette Griffin-Kremer et Yoshio Abé
p. 149-150

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Sigaut, directeur d’études (*)
Sophie Archambault de Beaune, professeur à l’Université Lyon-III/Jean-Moulin
Narjys El Alaoui, chargée de recherche au MUCEM
Hara Procopiou, maître de conférences à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
Cozette Griffin-Kremer, docteur en ethnologie
Yoshio Abé

Des outils aux ateliers : la répartition des activités en agriculture et dans les sociétés pré-industrielles

1Les treize séances de notre séminaire ont manifesté une diversité d’intérêts qui a parfois débordé le cadre strict des thématiques annoncées. Il va sans dire que cette diversité a toujours été la bienvenue, dès lors qu’elle conduisait à enrichir nos perspectives sans leur faire perdre en précision.

2Quatre exposés ont porté sur des questions d’ordre général : celui de Narjys El Alaoui sur les controverses qui ont eu lieu, dans le milieu des anthropologues, à propos du comportement de certains d’entre eux chez les Yanomami ; celui de Sophie Archambault de Beaune sur l’interaction entre la classification des objets techniques (notamment celle de Pitt Rivers au XIXe siècle) et leur présentation dans les musées ; celui de François Sigaut sur le rôle de l’action outillée dans le développement de certaines capacités mentales propres aux humains ; et celui de Maurice Nivat sur l’histoire de l’informatique considérée comme « science de l’outil », en continuité avec l’inventivité des mécaniciens du XIXe siècle.

3La façon dont les actions outillées impliquent des usages sensoriels très développés et précis a fait l’objet de trois communications. La première par Hara Procopiou sur les ateliers de sculpture sur pierre de Mahabali-puram (Tamil Nadu), La deuxième par Séverine Moureaud sur des ateliers de sculpture également, mais dans le monde gréco-romain antique. La troisième par Luc Pecquet, sur les chantiers de construction en pays Lyela au Burkina Faso. La sculpture est un art ancien, dont les œuvres, achevées, abandonnées ou ratées, laissent des traces opératoires très fines permettant des comparaisons d’un grand intérêt. La maçonnerie est une technique beaucoup plus banale, mais dont on s’aperçoit finalement qu’elle peut donner lieu à des observations du même ordre.

4Il a été question d’agriculture dans quatre autres communications. Julien Zurbach a présenté l’état actuel des connaissances et des ignorances sur les premiers instruments de labour attelés dans la Grèce mycénienne et archaïque. Yoshio Abé a décrit la riziculture au Kuttanad, province du Kerala où les conditions naturelles (pluviométrie) et sociales (densité de population) sont tout à fait extrêmes, ce qui fait de cette région un cas peut-être unique dans le monde. Pour leur part, Pascale Moity-Maïzi et Véronique Arnaud ont présenté deux exemples inverses, l’un en Afrique occidentale, l’autre en Asie (Botel Tobago), où le pilage des grains, activité la plus banale qui soit en apparence, devient un travail collectif et l’occasion pour les jeunes filles dans le premier cas, pour les jeunes hommes dans le second, de faire montre de leur force ou de leur dextérité en présence de spectateurs qui sont des vieillards et des enfants, mais surtout des jeunes du sexe opposé. Deux exemples qui mettent en évidence avec une clarté rare que l’action technique implique simultanément compétition (à l’égard des personnes du même sexe) et séduction (à l’égard des personnes du sexe opposé).

5Enfin, deux exposés dus à E. Zangaro et Stéphane Dugast ont porté sur la métallurgie du fer en Afrique noire. E. Zangaro a montré, sur la base des résultats des fouilles les plus récentes, que la métallurgie du fer est indigène en Afrique et n’y a pas été importée de la Méditerranée ou du Proche-Orient, ce qui a des conséquences non seulement sur la chronologie, mais aussi sur la nature des techniques elles-mêmes. Aujourd’hui, la diffusion des produits industriels européens et la colonisation ont fait presque disparaître les métallurgies africaines, mais les recherches de Stéphane Dugast dans le Nord Togo, appuyées sur l’ensemble des travaux antérieurs, montrent à quel point les techniques de ces métallurgies étaient diverses et corrélées à l’organisation de chaque groupe régional de forgerons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Sigaut, Sophie Archambault de Beaune, Narjys El Alaoui, Hara Procopiou, Cozette Griffin-Kremer et Yoshio Abé, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 149-150.

Référence électronique

François Sigaut, Sophie Archambault de Beaune, Narjys El Alaoui, Hara Procopiou, Cozette Griffin-Kremer et Yoshio Abé, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21700

Haut de page

Auteurs

François Sigaut

Articles du même auteur

Sophie Archambault de Beaune

Articles du même auteur

Narjys El Alaoui

Articles du même auteur

Hara Procopiou

Articles du même auteur

Cozette Griffin-Kremer

Articles du même auteur

Yoshio Abé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org