Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Connaissances de la nature et natures de la connaissance

Bernard Hubert
p. 136-139

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bernard Hubert, directeur d’études

Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ?

1Le séminaire porte sur la pertinence de la notion de développement durable du point de vue de la recherche scientifique. Cette notion introduit-elle de nouveaux enjeux, de nouvelles questions qui conduiraient à renouveler certains thèmes, certains objets, voire même certaines pratiques de recherche ? Quels moyens la recherche se donne-t-elle pour intégrer un enchevêtrement de temporalités ? Quelles initiatives les différentes disciplines, en particulier les sciences sociales, les sciences techniques et les sciences de la nature, prennent-elles pour améliorer leurs formes d’intégration et s’approprier scientifiquement les enjeux posés par cette notion ?

2Le développement durable vise à surmonter ce que les oppositions, divisions et séparations peuvent représenter comme menaces de désintégration pour la société humaine ; l’idée d’intégration en est une idée maîtresse. Il a en outre à voir avec l’articulation du local et du planétaire, sans écraser l’un sur l’autre, et avec l’inscription du temps court de l’action ordinaire dans le temps long intergénérationnel, qui est aussi le temps de déploiement de processus biophysiques majeurs (biodiversité, climat, évolution de la fertilité des sols, accumulation de polluants dans les nappes profondes).

3Le noyau dur du développement durable comme question et comme défi tient aux relations entre les processus économiques et les transformations de l’environnement planétaire et des ressources qu’il abrite. Ces relations sont médiatisées d’un côté par la technologie, qui fait le passage entre le monde social et le monde physique, et de l’autre par la préoccupation pour l’équité sociale, dont la donne est en partie modifiée par l’émergence de la question environnementale et des nouvelles raretés qu’elle exprime ou qu’elle demande d’instituer. Cette dernière dimension inscrit le développement durable dans le registre des catégories normatives et pas seulement des catégories descriptives ou analytiques.

4La prise en charge intégrée, par la société, des trois dimensions (durabilité écologique, viabilité économique et équité sociale) généralement reconnues au développement durable ne peut pas se passer d’une volonté politique des acteurs individuels et collectifs. Ainsi, le développement durable trouve son espace d’existence intellectuelle dans l’entre-deux, là où la logique de la détermination s’entremêle avec celle de l’intention, entre une vision du développement qui se réalise par une nécessité inscrite au cœur de la réalité même et celle qui procède de l’affirmation d’une volonté politique et d’un projet économique. La chance que s’établisse un développement durable dépend in fine de la capacité des acteurs du développement à discerner les nécessités qui émanent de la réalité économique, sociale et écologique à laquelle ils sont confrontés et à y accrocher leurs projets dans un processus adaptatif qui sait tirer les leçons de l’expérience. Ni volontarisme ni déterminisme, tel est l’espace intellectuel du développement durable.

5Une telle situation a des conséquences méthodologiques pour les chercheurs concernés. Il appartient à ces derniers de s’attacher à combiner deux ordres d’explication différents (par la détermination, par le projet et le choix intentionnel) et cette combinaison n’est envisageable que parce que chacun des ordres recèle en lui-même des trous, des liens qui ne sont pas noués, une incomplétude que les modèles et analyses doivent trouver le moyen de prendre en compte de façon explicite, sans chercher à parvenir à une explication totale dans un seul ordre.

6Ainsi, le séminaire s’est-il, cette année, organisé en trois parties. La première introduit les questions générales liées à la notion de développement durable (histoire du concept et contenu ; conséquences pour la recherche scientifique : articulation des sciences sociales, techniques et de la nature ; la technologie en question : innovation et risques), Une deuxième partie donne des illustrations concrètes dans le domaine de l’agriculture (de la sécurité à la sécurisation alimentaire) et de l’environnement (biodiversité, politique agri-environnementale, gestion des ressources naturelles renouvelables), La dernière porte sur les modes de production et le contenu des connaissances scientifiques (indicateurs pour quoi et comment ?) et le renouvellement du dialogue recherche/société (action collective et partenariat : la notion de dispositif), Une séance a été consacrée à une discussion à partir de textes lus et commentés par les étudiants : deux articles sur la question du développement durable en regard de la recherche issus de l’ouvrage Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche (Elsevier, 2001) : celui de Marcel Jollivet : « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride » et celui de Robert Barbault : « La vie, un succès durable ». Une dernière séance a été consacrée à une présentation par les étudiants de leur propre projet de mémoire à la lumière du développement durable et de ce qui s’en est dit au cours du séminaire de cette année. Cette séance a fait l’objet d’une évaluation.

7Comme pour les années précédentes, les étudiants du master « Développement agricole durable » de la Faculté Jean Monnet (Université Paris Sud) ont suivi le séminaire jusqu’aux vacances de printemps, date à partir de laquelle ils partent en stage de terrain.

8Le séminaire de recherche « Catégories du vivant et dynamique des connaissances », que je co-animais avec Florence Burgat et Raphaël Larrère, n’a plus lieu depuis trois ans et il ne sera pas reconduit. Il est remplacé par un séminaire organisé à Marseille avec Valeria Siniscalchi et Suzanne de Cheveigné dans le cadre des enseignements de la mention RCAHS (Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie), master et formation doctorale de sciences sociales (Marseille), Depuis cette année, il s’est associé au séminaire organisé par Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, pour devenir « Controverses environnementales et anthropologies de la nature ».

9Qu’il s’agisse de mouvements sociaux autour d’enjeux environnementaux, de politiques de conservation de la biodiversité, de processus de recherche et d’expertise face aux perspectives de changement climatique, les questions environnementales sont à la croisée de multiples dimensions de la vie sociale. Dans le cadre de ce séminaire, les problématiques portées par de nombreux acteurs autour de l’environnement, du développement durable et de la biodiversité seront analysées à l’aune de différentes disciplines. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire est de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés. Afin de clarifier les notions, nous croiserons plusieurs logiques d’enquête : l’histoire de la notion d’environnement ; les redéfinitions des politiques de la nature ; les formes d’engagement des questions environnementales dans les controverses et les débats publics ; les enjeux sociaux, économiques et scientifiques de la protection des espaces et des espèces ; et enfin le point de vue international ou cosmopolitique, avec la redéfinition des rapports Nord/Sud à travers la cause climatique et la biodiversité, mais aussi les enjeux énergétiques que l’on peut difficilement dissocier aujourd’hui. Nous prêterons attention également aux différentes pratiques de la nature, aux rapports entre visions globales et constructions locales de l’écologie pratique, tout comme aux discours des médias et au rôle des sciences de la nature et des sciences sociales dans les protocoles de la « bonne gouvernance ».

10J’ai personnellement assuré deux séances (l’une sur le développement durable et la recherche scientifique ainsi que celle collective sur « penser la nature, étudier les natures ») et organisé celle portant sur la notion de services écosystémiques, avec un intervenant invité (Xavier Arnauld de Sartre, CNRS, Pau).

11L’évaluation s’est faite sur la base de la lecture par les étudiants d’un choix d’articles qui leur avait été proposé.

Publications

  • Avec Émilie Coudel, Christophe Soulard, Hubert Devautour, Guy Faure, Learning to Innovate in an Uncertain World : Conceiving the Futures of Agriculture and Food ?, Wageningen, Wageningen Academic Pub. (version anglaise), Versailles, QUAE (version française), 2012.
  • Avec Jean-Paul Billaud, « Rio + 20. Le développement durable à la croisée du local et du global ? », Natures sciences sociétés, vol. 19, n° 4, 2011, p. 329-330.
  • Avec Muriel Figuié, « Pour qui, pourquoi une ressource est-elle jugée dégradée ? Pâturages et agriculture familiale au Brésil », Natures sciences sociétés, vol. 20, n° 3, 2012.
  • Avec Ray Ison, Nadarajah Sriskandarajah, Chris Blackmore, Marianne Cerf, Isabelle Avelange, Marc Barbier et Patrick Steyaert, « Learning in European agricultural and rural networks : Building a systemic research agenda », dans Farming Systems Research into the 21st Century : The New Dynamic, sous la dir. d’Ika Darnhofer, David Gibbon et Benoît Dedieu, New York/Londres, Springer, 2012, p. 175-198.
  • Avec Nathalie Couix, « Pensée complexe et gestion des ressources naturelles renouvelables », dans Agir et penser en complexité avec Jean-Louis Le Moigne, sous la dir. de Dominique Genelot et Marie-José Avenier, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 89-104.
  • Avec Émilie Coudel, Oliver Coomes, Christophe Soulard, Guy Faure et Hubert Devautour, « Taking the road... but which one ? », dans Learning to innovate in an Uncertain World : Conceiving the Futures of Agriculture and Food ?, Wageningen, Wageningen Academic Pub. (version anglaise), Versailles, QUAE (version française), 2012.
  • « La pensée agronomique et l’agro-écologie : une mise en tension des régimes de la recherche scientifique ? », dans Les révolutions agricoles en perspective, sous la dir. d’Henri Regnault, Xavier Arnault de Sartre et Catherine Regnault-Roger, Paris, France agricole, 2012, p. 75-94.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 136-139.

Référence électronique

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21691

Haut de page

Auteur

Bernard Hubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org