Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Savoirs, circulations, mondialisations : Asie du Sud/Europe (XVIe-XXe siècle)

Kapil Raj
p. 135-136

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Kapil Raj, directeur d’études

Les frontières mouvantes de la science – une histoire (XVIIIe-XXe siècle)

1CE séminaire a tenté de mettre en place les premiers éléments d’une réflexion sur la manière dont les frontières entre ce qu’on désigne comme « science » d’une part et « savoir » de l’autre sont constamment redessinées par les praticiens eux-mêmes et, partant, sur les conséquences de ce constat sur notre façon même de concevoir l’histoire des sciences et celle des savoirs. En effet, l’histoire des sciences a traditionnellement pris les mathématiques et la physique comme modèles du premier, reléguant au « savoir » la plupart d’autres activités intellectuelles. Philosophes et historiens des sciences se sont confrontés tout au long du XXe siècle pour trouver des critères de démarcation convenables. La sociologie des sciences a récemment remis en cause cette vision essentialiste en arguant que ces frontières sont flexibles et socialement construites. Ainsi, après avoir passé en revue les écrits à ce sujet du Cercle de Vienne, de Karl Popper et de Thomas Kuhn, nous nous sommes arrêtés longuement sur les travaux du sociologue Thomas Gieryn sur le boundary-work – son célèbre article « Boundary-work and the demarcation of science from non-science : Strains and interests in professional ideologies of scientists » (1983) et son livre Cultural Boundaries of Science (1999) – en prolongeant son questionnement pour chercher ce genre d’activités dans le passé historique ainsi que dans et entre d’autres aires géographiques. Pour la suite, nous avons choisi d’alterner entre une présentation bibliographique et l’analyse des sources pour creuser cette problématique de façon historique. Aussi avons-nous discuté des textes de Peter Burke, Lorraine Daston, Peter Dear, Jonardon Ganeri, Donna Haraway, Simon Schaeffer... et travaillé des sources primaires datant du XVIe au XIXe siècle provenant de l’Asie et l’Europe afin de mettre au jour hiérarchies variées et tensions noétiques qui se créent entre les participants en fonction de leur pratique spécifique. À titre d’exemple, la comparaison de la description en italien des savoirs et pratiques des médecins malabars par le missionnaire carmélite Paulin de St. Barthélémy (1748-1806) et ses traductions en d’autres langues européennes où l’on constate une dévalorisation progressive des médecins indiens et de leurs savoirs. Nous avons également entendu l’exposé des travaux en cours des participants et des interventions de quelques invités. Michael Osborne, professeur d’histoire des sciences à l’Oregon State University nous a parlé de l’histoire des tensions entre les pratiques de médecine coloniale française des médecins parisiens et provinciaux pendant la seconde moitié du XIXe siècle, les derniers refusant la « science parisienne ». Sanjay Subrahmanyam, professeur d’histoire à UCLA, a discuté les rapports entre la modernité et la dynamique de la formation des savoirs en Inde du XVIe au XVIIIe siècle. Pour sa part, David Armando, chercheur au CNR italien, a présenté ses recherches sur les débats entre religieux et scientifiques en France et en Italie autour du magnétisme animal au XIXe siècle, les deux communautés étant appelées à juger des phénomènes et des doctrines dont le statut est ambigu – entre science et pseudoscience, entre physique et psychologique, entre naturel et surnaturel. Enfin, Ken Aider, professeur à Northwestern University à Evanston et directeur d’études invité, est intervenu sur l’histoire des conférences internationales et des normes techniques de la République des lettres à la science internationale de la fin du XIXe siècle, et sur l’histoire de la graphologie en France de la guerre des religions à l’affaire Dreyfus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kapil Raj, « Savoirs, circulations, mondialisations : Asie du Sud/Europe (XVIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 135-136.

Référence électronique

Kapil Raj, « Savoirs, circulations, mondialisations : Asie du Sud/Europe (XVIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21690

Haut de page

Auteur

Kapil Raj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org