Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences exactes

Jean Dhombres et Patricia Radelet De Grave
p. 133-134

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean Dhombres, directeur d’études (*)
Patricia Radelet De Grave, professeur à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve

Métaphysique, physique, mathématique(s) : l’histoire d’une longue et chaotique cohabitation

1L’objectif de ce cours/séminaire à deux voix était de questionner diverses pratiques d’histoire des sciences et des techniques, celles actuelles mais aussi celles issues de la tradition d’épistémologie historique, sur les relations entre métaphysique, physique et la/les mathématique(s), Questionner ces pratiques, c’est d’abord les lire et ne pas faire de l’histoire des sciences une muette sur ce qui la forme. Les trois disciplines concernées ont, à des titres divers, constitué les éléments fondamentaux de la formation universitaire classique, avant les spécialisations, médecine, ou théologie. L’histoire des sciences de type positiviste s’est faite sur l’élimination de la métaphysique, mais les rapports avaient mal commencé, puisque si la métaphysique et la physique firent l’objet de présentations par Aristote, cet auteur si influent pour les universités jusqu’à la fin du XVIIe siècle, il n’en reste aucun ouvrage sur les mathématiques. Bien des analystes de la révolution scientifique, cette période qui joue un si grand rôle pour l’orientation de l’histoire des sciences en général, font de la physique l’élément majeur de cette révolution, alors qu’Alexandre Koyré, historien qui a tant insisté sur cette même révolution, voyait dans les mathématiques le succédané de la métaphysique défunte. Au XXe siècle, plusieurs philosophes des sciences expliquent le développement de la mécanique quantique par un retour à la métaphysique kantienne.

2Dans les huit séances, on a présenté des micro-histoires (comme le principe de moindre action chez Maupertuis, ou le positivisme de Comte en 1830), faisant jouer l’érudition sur des cas précis pour envisager des lignées bien plus générales. S’inscrivant délibérément en histoire des sciences physiques et mathématiques, sans gêne devant un contenu scientifique largement du seul niveau de l’apprentissage lycéen, ce cours/ séminaire n’envisage pas moins l’histoire des communautés de pensée, des querelles sur la définition de ce qui fait science, et des oppositions du court et du long terme sur l’épistémologie que l’on a toujours tort de considérer comme un donné immuable.

Publications

  • « Le jet d’eau et l’arc-en-ciel à l’âge baroque : réalisation des mathématiques, mathématisation de la philosophie naturelle et représentation des phénomènes », dans L’artiste et le philosophe. L’histoire de l’art à l’épreuve de la philosophie au XVIIe siècle, sous la dir. de Frédéric Cousinié et Clélia Nau, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 151-196.
  • « La mathématique pure comme refuge dans les temps tragiques », dans Actes des rencontres Jules Verne, science, technique et société. De quoi sommes-nous responsables ?, sous la dir. de Philippe Mustière et Michel Fabre, Nantes, Librairie Coiffard, 2011, p. 28-39.
  • Avec Carlos Alvarez, Une histoire de l’imaginaire mathématique. Vers le théorème fondamental de l’algèbre et sa démonstration par Laplace en 1795, Paris, Hermann, 2011.
  • Mirum non est mirum. La gauche et la droite au miroir des mathématiques, entretiens de La Garenne Lemot, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 2011, p. 77-106.
  • « Innover dans l’enseignement des mathématiques en tenant compte de situations sociales, culturelles et personnelles particulières », dans La Matematica e la sua Didattica ; Quarant’anni di Impegno, sous la dir. de Silvia Sbaragu, Bologne, Pitagora Editrice, 2011, p. 52-56.
  • « La réception en France de Galilée. Les rôles différents de Peiresc et de Mersenne auprès de Gassendi, de Descartes et de Jacques le Tenneur », dans Galileo e la Scuola Galileiana nelle Università del Seicento, sous la dir. de Luigi Pepe, Bologne, CLUEB, 2011, p. 47-60.
  • « De l’écriture des mathématiques en tant que technique de l’intellect », dans Écritures. Sur les traces de Jack Goody, sous la dir. d’Éric Guichard, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2012, p. 158-197.
  • Pierre-Simon de Laplace (1749-1827), le parcours d’un savant, Paris, Hermann, 2012.
  • « Quel fut le sens d’une unité intellectuelle contre le dogmatisme », dans L’Europe de la révolution scientifique ?, sous la dir. de Vincent Jullien et Efthymios Nicolaidis, Europe et sciences modernes. Histoire d’un engendrement mutuel, Peter Lang, 2012, p. 133-158.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Dhombres et Patricia Radelet De Grave, « Histoire des sciences exactes », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 133-134.

Référence électronique

Jean Dhombres et Patricia Radelet De Grave, « Histoire des sciences exactes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21686

Haut de page

Auteurs

Jean Dhombres

Articles du même auteur

Patricia Radelet De Grave

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org