Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Savoirs mathématiques et arts de penser à l’époque moderne

Giovanna C. Cifoletti
p. 132-133

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Giovanna C. Cifoletti, directrice d’études

L’algèbre comme art de penser entre cosmographie et mathématiques du négoce

1Une première série de conférences a constitué l’introduction au séminaire : nous avons examiné quelques textes arithmétiques du XVIe siècle afin d’identifier les transformations et les phases du processus de séparation de l’algèbre par rapport à l’arithmétique : rappelons en particulier L’Arithmétique (Poitiers, 1549), L’algèbre (Lyon, 1554) et De Occulta parte numerorum (Paris, 1560) de Jacques Peletier du Mans, ainsi que la Logistica (Lyon, 1559) de Jean Borrel.

2Nous avons ensuite reçu Samuel Gessner, professeur invité à l’EHESS. Abordant un sujet peu valorisé par l’historiographie, Samuel Gessner a traité un cycle de trois conférences consacrées aux origines de la théorie des logarithmes et de la trigonométrie. Le 15 mars, il nous a présenté Préhistoire des logarithmes – praticiens théoriques, théoriciens pratiques (Stifel, Bürgi), conférence qui, outre les explications sur les développements techniques, a mis en évidence le rapport entre la discipline naissante et le statut social des inventeurs. Le premier était un algébriste et ministre du culte promu parmi les intellectuels de la Réforme, le second était un interlocuteur de Kepler. La dimension sociale de la discipline a été approfondie aussi dans la deuxième conférence, tenue le 22 mars sur La grammelogie : les logarithmes pour tout le monde (Napier, Briggs, Oughtred), Ces mathématiciens sont les premiers véritables théoriciens des logarithmes, intéressés aussi aux fondements philosophiques de cette partie des mathématiques, au moment de son introduction au collège en tant que nouvelle discipline. Avec sa troisième conférence, le 29 mars, Les logarithmes à Lisbonne : mathématiques pratiques au collège Jésuite (Stafford), Samuel Gessner a montré comment la théorie des logarithmes et la trigonométrie ont atteint le niveau de discipline établie et de sa première diffusion généralisée dans le réseau jésuite.

3Enfin, nous avons partagé la réflexion sur les travaux des étudiants en master et au doctorat. Parmi ceux-ci, Fiancée-Gernavey Bantaba a présenté sa thèse sur les mathématiciens malebranchistes, nous donnant l’occasion de discuter le programme arithmétique et ensuite infinitésimal de Malebranche et de son cercle, ainsi que sa réalisation dans les ouvrages et l’enseignement des Oratoriens.

4L’exposé de Christelle Echalier-Serra et celui de Jean-Marie Coquard nous ont permis d’examiner de près l’enseignement des mathématiques théoriques et pratiques au Pays-Bas, dans le Louvain de Gemma Frisius et dans le Bruges de Simon Stevin. Enfin, avec Dalia Deias nous avons repris nos réflexions sur le programme de Melanchthon concernant l’étude et l’enseignement des mathématiques et de l’astronomie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanna C. Cifoletti, « Savoirs mathématiques et arts de penser à l’époque moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 132-133.

Référence électronique

Giovanna C. Cifoletti, « Savoirs mathématiques et arts de penser à l’époque moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21685

Haut de page

Auteur

Giovanna C. Cifoletti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org