Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Temps et histoire : normes, concepts, expériences

Sabina Loriga, Stefano Bory, David Schreiber et Isabelle Ullern
p. 118-119

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sabina Loriga, directrice d’études
Olivier Abel, professeur à la Faculté libre de théologie protestante de Paris
Stefano Bory, chargé de recherche à l’Université Federico II de Naples
David Schreiber, professeur agrégé à l’ENS
Isabelle Ullern, directrice adjointe du Centre de formation professionnelle initiatives

Temps, mémoires, histoire

1Cette année, nous avons abordé la question des figures de la fin, à travers la lecture de trois ouvrages classiques : Frank Kermode, The Sense of an Ending (1967), Northrop Frye, The Great Code : The Bible and Literature (1982), ainsi que Norman Cohn, The Pursuit of the Millennium (1957), À partir de ces lectures nous nous sommes interrogés sur les survivances et les accrétions apocalyptiques dans la modernité et la post-modernité. Nous avons appuyé notre réflexion en particulier sur l’ouvrage de Saul Friedländer, Gerard Holton, Leo Marx et Eugène Skolnikoff, Visions of Apocalypses. End or Rebirth ? (1985), ouvrant la question du rapport entre la tradition apocalyptique et les utopies et dystopies du XIXe et XXe siècles. Nous avons également abordé ce qu’il est possible d’appeler « l’oublié de l’apocalypse », c’est-à-dire la tradition apocalyptique juive, hébraïque ancienne, issue du livre de Daniel, en revenant à l’ouvrage d’un historien du début du XXe siècle, Adolphe Lods, helléniste et sémitisant. Il y a « oublié » dans la mesure où ce qui ne relève pas de la perspective de l’apocalyptique chrétienne est rarement pris en compte dans les études des discours apocalyptiques en sciences humaines. Nous avons terminé avec une séance dédiée au cinéma de la fin, en analysant notamment trois filins qui ont élaboré des imaginaires de la fin du monde sociohistorique : On the Beach (S. Kramer, 1959) ; Twelve Monkeys (T. Gilliam, 1995) ; The Road (J. Hillcoat, 2009).

2Comme l’année précédente, nous avons poursuivi cette réflexion en lien avec le travail de l’Atelier international sur les usages publics du passé. Anna Theodorides a présenté son projet de thèse sur la mémoire d’une communauté de Rûms nés à Istanbul et partis sous la contrainte en Grèce entre 1964, au moment des expulsions, et 1978, au lendemain du contrôle de la partie Nord de l’île de Chypre par l’armée turque. Lorenzo De Sabbata, étudiant de master 2, a abordé la question de la mémoire de la lutte armée d’extrême gauche en Italie, à travers un examen de différents types d’écrits biographiques (mémoires, entretiens, autobiographies « classiques », textes de fiction) produits, entre le début des années 1980 et la fin de la première décennie des années 2000, par une quarantaine d’ex-militants des organisations armées. Pour sa part, Gabriele Proglio a présenté sa recherche de doctorat sur le refoulement de l’expérience coloniale dans la mémoire collective italienne, à travers l’examen de la littérature de la période coloniale et post-coloniale.

3Par ailleurs, nous avons eu le plaisir d’accueillir trois intervenants externes. Henriette-Rika Benveniste (Université de Thessalie) est intervenue sur le rapport entre récit historique et fiction : à partir de la conviction que les archives ne sont pas simplement constituées par des objets, c’est-à-dire des documents qui prennent leurs significations dans une matérialité objective, elle s’est interrogée en particulier sur l’usage d’un registre inquisitorial médiéval dans l’œuvre littéraire de Danilo Kiš. Celia Donert (Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam) a présenté ses recherches sur la question des droits humains et des usages de l’histoire tzigane. Enfin Giovanni Careri (EHESS) a abordé une partie de son travail consacré à la chapelle Sixtine en privilégiant l’approche de la temporalité pour faire écho à la problématique du séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, Stefano Bory, David Schreiber et Isabelle Ullern, « Temps et histoire : normes, concepts, expériences », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 118-119.

Référence électronique

Sabina Loriga, Stefano Bory, David Schreiber et Isabelle Ullern, « Temps et histoire : normes, concepts, expériences », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21668

Haut de page

Auteurs

Sabina Loriga

Olivier Abel

Articles du même auteur

Stefano Bory

Articles du même auteur

David Schreiber

Articles du même auteur

Isabelle Ullern

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org