Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles

Patrick Fridenson
p. 116-118

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patrick Fridenson, directeur d’études

Les entreprises face aux tensions entre global et local (suite)

1Le séminaire cette année a souligné les problèmes de méthode que pose l’analyse historique des entreprises face aux tensions entre local et global : choisir des approches pour comprendre le transnational (Jean-Paul Zuñiga, EHESS), ne pas considérer le passage du local au global comme un simple changement d’échelle, peser les apports et les biais de l’économie des institutions, mesurer les limites de la thématique des « variétés du capitalisme » créée par la science politique.

2Il a poursuivi l’enquête dans plusieurs directions.

3Sur la longue durée, il a détaillé le développement du rôle des milieux marchands et portuaires, mais sans en faire une simple bourgeoisie compradore et en montrant leurs tensions avec le national dans le cours du XIXe siècle, à partir du cas de la Grèce comparé à celui de l’Italie et des États-Unis (Maria Christina Chatziioannou, directrice de recherche à Athènes et directrice d’études associée), Une séance ultérieure a été consacrée par le directeur d’études à l’action des communautés transnationales.

4Il a étudié trois produits emblématiques de deux phases de la mondialisation : au XIXe siècle le fez, produit en Grèce et exporté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (seconde intervention de Maria Christina Chatziioannou), sur longue période le cognac et ses émules, et à la fin du XXe et au début du XXIe siècle le GPS, fruit d’une circulation scientifique internationale, création militaire américaine, devenu une technologie duale appropriée dans le monde entier mais restée sous parapluie américain.

5Il a également étudié la question du « faire ou faire faire » pour les firmes occidentales à la recherche de nouveaux produits ou d’une réduction de leurs coûts fixes. Il a ainsi analysé, sur le cas des semi-conducteurs dans la société suédoise Ericsson de 1980 à 2010, la décision de fabriquer ou d’acheter une technologie critique (intervention d’Henrik Glimstedt, maître de conférences de gestion à la Stockholm School of Economics), Inversement il a présenté le potentiel et les difficultés des processus d’externalisation et de délocalisation d’activités de pays développés dans les pays émergents sur le cas de l’externalisation des services informatiques en Inde.

6Il a montré comment dans un pays émergent le passage d’une PME à une grande firme nationale peut s’appuyer sur des emprunts à des technologies étrangères et comment celle-ci, en devenant multinationale sur ses propres produits, peut continuer des coopérations avec des pays dominants : tel a été le cas de la société japonaise Matsushita.

7Après avoir mis en valeur l’an dernier l’implication du pouvoir politique de pays d’accueil capitalistes, le séminaire a montré que dans des pays communistes le pilotage par l’État avait pu prendre des formes très différentes selon les États, comme le montrent deux recherches : les relations commerciales et industrielles entre la France et la Chine populaire de 1949 à 1964, la substitution d’un ersatz au Coca-cola dans l’Allemagne de l’Est de 1949 à 1989.

8Il a étudié le déploiement des firmes multinationales dans de nouveaux pays comme un processus multidimensionnel de relations avec les pays d’accueil : il a ainsi consacré trois séances à l’entrée puis à l’acclimatation des agences de publicité américaines dans l’entre-deux-guerres en Belgique, et de cette tête de pont en Europe centrale ; il a analysé les trente années de présence d’EDF dans le nucléaire en Chine en passant du local au national et en ayant une approche de la relation avec les Chinois différente de celle d’un autre acteur public multinational français, Areva (témoignage d’Hervé Machenaud, numéro deux d’EDF, et questions de Françoise Sabban, anthropologue à l’EHESS).

9Il a insisté sur les processus culturels à l’œuvre dans les tensions entre local et global. Deux séances ont été consacrées aux problèmes de langue dans les multinationales. D’autre part Pierre-Michel Menger, Danièle Hanet et Colin Marchika (EHESS) ont présenté leur recherche en cours sur les transformations en cours dans les grandes écoles de commerce françaises : compétition internationale, académisation et internationalisation du corps enseignant.

10Enfin il a débattu de l’évolution du pouvoir des institutions internationales ou supranationales.

11Dans la suite de ce séminaire et sur le même thème, le directeur d’études a organisé à l’EHESS les 30, 31 août et 1er septembre 2012 le colloque international de l’European Business History Association et de la Business History Society of Japan, qui a réuni 400 participants (dont 80 % de chercheurs étrangers).

12En dehors du thème de cette année, le séminaire a continué à mettre l’accent sur l’histoire économique du Japon. Il a rendu compte d’un livre récent sur « la grande transformation du capitalisme japonais ». Il a accueilli Shinji Sugayama, professeur d’histoire économique à l’Université du Tohoku et directeur d’études associé à l’EHESS. Historien des transformations des marchés du travail dans le Japon contemporain, celui-ci a présenté successivement l’établissement de pratiques régulières d’embauche comme une adaptation à des environnements changeants, la formation de la norme d’emploi japonaise (travail, règles, salaire), l’organisation de la migration de jeunes diplômés des campagnes vers les villes.

Publications

  • Avec Pascal Griset, Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012.
  • « Introduction », dans Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945, op. cit., p. 7-15.
  • « Le financement des nouvelles entreprises de haute technologie aux États-Unis : l’expérience de Google », dans Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945, op. cit., p. 253-264.
  • « De la production au patronat », dans Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, sous la dir. de Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky, Paris, La Découverte, 2012, p. 356-366.
  • « Stock certification : An innovation in banking by Crédit Lyonnais and the origin of major business archives », dans Communità di destino. Parole per Giulio Sapelli, sous la dir. de Pasquale Alferj et Germano Maifreda, Milan, Guerini e Associati, 2012, p. 67-74.
  • « L’histoire de l’Incertitude technique et ses enjeux », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 2012, p. 7-18.
  • « Critères et pratiques de l’évaluation par les revues : exemples français », Revue suisse d’histoire, n° 2, 2012, p. 239-250.
  • « David Montgomery : une source d’inspiration pour les historiens et les citoyens », Le mouvement social, avril-juin 2012, p. 145-148.
  • « Terushi Hara (1943-2011) », Entreprises et histoire, n° 65, décembre 2011, p. 137.
  • Avec Tsunehiko Yui, Beyond mass distribution. Distribution, market and consumers. Proceedings of two Japanese-French business history conferences, Tokyo, Japan Business History Institute, 2012.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fridenson, « Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 116-118.

Référence électronique

Patrick Fridenson, « Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21667

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org