Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Sociohistoire des relations de pouvoir, XIXe-XXe siècles

Gérard Noiriel
p. 110-111

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Gérard Noiriel, directeur d’études

Sociohistoire des pratiques culturelles

1Cette année encore, pour faire face à la diversité des origines et des formations des étudiants qui suivent ce séminaire, on a consacré les premières séances à une présentation des principaux outils de la socio-histoire et de ses deux disciplines fondatrices (l’histoire et la sociologie), On a dressé ensuite un panorama des courants de recherches qui se réclament aujourd’hui de l’histoire culturelle pour situer notre propre problématique.

2Le séminaire a approfondi, dans un deuxième temps, la réflexion sur l’histoire des rapports entre production et réception des œuvres culturelles, en s’arrêtant plus particulièrement sur l’exemple du spectacle vivant en France. Les étudiants ont pu se familiariser avec le monde du cirque et du music-hall à Paris au début de la Troisième République. Les recherches publiées dans notre ouvrage Chocolat clown nègre (Bayard, 2012) ont servi de point d’appui pour développer une réflexion sociohistorique sur la question du rire. On a montré la fécondité de ce thème pour comprendre la complexité des formes de réception sociale des œuvres culturelles.

3Sans contester l’importance civique de la dénonciation du « racisme », on a montré que la réflexion scientifique devait prendre ses distances avec les jugements de valeur pour comprendre les enjeux et les contradictions des représentations du monde noir sur la scène artistique française à la Belle Époque.

4On a insisté sur le rôle essentiel joué par les jeunes élites provinciales « montées » à Paris afin de faire carrière dans le monde des lettres, pour la redéfinition des normes de l’humour public (ce que nous avons appelé le « rire d’actualité », lié à l’émergence de la presse de masse), On a esquissé une sociologie du public du « Nouveau cirque » – l’établissement de la rue Saint-Honoré où s’est produit le célèbre duo des clowns Foottit et Chocolat pendant plus de vingt ans. Deux groupes de spectateurs très contrastés ont pu être ainsi identifiés : 1) les aristocrates, souvent affiliés au Jockey Club, qui voient dans Chocolat le valet stupide corrigé par son maître ; 2) les touristes de la petite et moyenne bourgeoisie provinciale, en visite à Paris. Imprégnés des nouvelles valeurs républicaines sur la « mission civilisatrice de la France », ces derniers retrouvent dans les numéros de Foottit et Chocolat les stéréotypes véhiculés par la presse et la publicité sur le nègre stupide éduqué à coups de triques par son maître blanc.

5Dans la dernière partie du séminaire, on s’est interrogé sur les rapports entre le passé et le présent. L’ouvrage Chocolat clown nègre ayant servi de point d’ancrage pour l’écriture d’un spectacle produit par la maison de la culture d’Amiens et joué, notamment, aux Bouffes du Nord, une réflexion a été ouverte sur la question de la transposition du savoir historique dans le langage théâtral. Après avoir assisté à une représentation du spectacle, les étudiants ont pu discuter avec Marcel Bozonnet, le metteur en scène, pour mieux comprendre les problèmes que pose la mise en espace d’un texte de théâtre.

6Comme les années précédentes, les dernières séances du séminaire ont permis aux étudiants de présenter leurs travaux en tenant compte des enseignements du séminaire.

Publications

  • Chocolat, clown nègre. L’histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, Paris, Bayard, 2012.
  • Préface à Pascal Marchand et Pierre Ratinaud, Être français aujourd’hui. Les mots du “grand débat” sur l’identité nationale, Paris, Des Liens qui libèrent, 2012.
  • Préface à Denis Scuto, La nationalité luxembourgeoise, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2012.
  • Épilogue à Jean-Philippe Dedieu, La parole immigrée, Paris, Klincksieck, collection « Pouvoirs de persuasion », 2012.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Noiriel, « Sociohistoire des relations de pouvoir, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 110-111.

Référence électronique

Gérard Noiriel, « Sociohistoire des relations de pouvoir, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21663

Haut de page

Auteur

Gérard Noiriel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org