Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Géographie

La Corée : territoires et sociétés de la « longue partition »

Valérie Gelézeau
p. 95-96

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences

Séoul et Pyongyang, capitales coréennes III – espaces publics

1Dans la continuité des travaux de l’enseignante sur ce thème (la rue à Séoul, les grands hôtels, les bains publics), le séminaire a porté sur les espaces publics de Séoul et de Pyongyang, à partir de matériaux variés : textes contemporains en trois langues (français, anglais et coréen) mis en ligne sur l’ENT, mais aussi matériaux iconographiques recueillis sur le terrain dans les deux villes (photographies et cartes), Trois masterants, dont un venant de l’extérieur (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie), cinq doctorants (dont trois extérieurs : Université Paris-8/Vincennes-Saint-Denis, Université du Havre et IUP) et un étudiant de diplôme de l’École ont constitué le groupe stable des participants.

2Après avoir discuté la notion d’espace public et situé la réflexion par rapport aux recherches récentes sur le sujet en sciences sociales (critique de l’espace public normatif et politique) en soulignant aussi bien les limites d’une conception occidentalo-centrée que ses apports dans une perspective comparative, le séminaire a développé un premier axe sur la patrimonialisation des espaces publics à Séoul et Pyongyang. Dans le prolongement du séminaire 2010-2011, plusieurs séances ont ainsi été consacrées, dans une perspective diachronique (héritage colonial important dans les deux Corées concernant la protection du patrimoine) et comparative, à la patrimonialisation des espaces publics et à la place qu’y tiennent les monuments et les « Trésors nationaux », mais aussi l’architecture vernaculaire (qualifiée de « traditionnelle » en Corée du Sud – chont’ong konch’uk – mais de « nationale » – minjok konch’uk – en Corée du Nord).

3Le deuxième axe du séminaire a été consacré à l’articulation entre espaces publics et commerces dans les villes sud-coréennes. À Séoul, la verticalisation de la ville et la transformation des comportements des consommateurs sont liées à l’émergence de nouvelles formes commerciales, comme les tours marchandes ou les grands malls multifonctionnels sur le modèle américain. Un ensemble de textes en plusieurs langues a permis, là encore, de travailler la question dans une perspective à la fois diachronique (rapports aux espaces marchands hérités comme les grands marchés) et comparative (souks, bazars d’autres villes orientales), La question des espaces publics a aussi conduit à interroger la place du commerce ambulant et informel à Séoul, tandis qu’une séance a traité l’articulation entre commerces et espace public dans les quartiers « ethniques » à partir de l’exemple de Karibong, le quartier chinois de Séoul (par comparaison avec d’autres Chinatowns ou le quartier de Barbès à Paris).

4Le dernier axe du séminaire a porté sur les espaces publics ouverts (squares, places, parcs et jardins) à différentes échelles, du voisinage à la mégapole. Pour l’analyse de très grande échelle, l’enseignante a présenté les résultats d’un travail sur la transformation des espaces publics de proximité – comme les squares, les terrains de jeux pour enfants, les petits parcs de quartier – des quartiers résidentiels et leur transformation sous l’effet de la densification et de la verticalisation de l’habitat. À l’échelle de la mégapole, plusieurs textes sur la question des espaces publics et des places centrales ont été étudiés, en lien avec une thèse en voie d’achèvement sur la participation citoyenne dans l’aménagement de l’esplanade de Kanghwamun à Séoul.

5Enfin, la question de l’image et de la symbolique de la ville associées aux espaces publics a traversé l’ensemble du séminaire par l’utilisation de matériaux divers : un ouvrage consacré à l’aménagement de Pyongyang depuis les années 1950 (Tongu IM, 2011), des travaux récents sur la mise en scène de la capitale nord-coréenne (théâtre et performances régulières comme les défilés ou les jeux de masse), les séries de photos de l’Atlas de Séoul paru en 2011 (voir liste des publications), Cet aspect a débouché sur un travail pratique destiné à produire une carte analytique de Pyongyang soulignant la relation entre divers types de monuments, espaces publics et chronologies de développement de la ville.

Publications

  • Avec Béatrice Giblin, « Corée du Sud-Corée du Nord : des relations influencées par les enjeux géopolitiques locaux et régionaux », Hérodote, n° 141, 2e trimestre 2011, n° spécial « Géopolitique de la péninsule coréenne », 2011, p. 57-63.
  • « La Corée du Sud, modèle de développement » (South Korea, Development Model), Mondes. Les cahiers du quai d’Orsay, n° 6, printemps 2011, p. 27-34.
  • « Séoul, mégapole d’une nation divisée » (Seoul, Megapole in a Divided Nation), Carto, n° 8, novembre-décembre 2011, p. 10-21.
  • Séoul, Paris, Autrement, collection « Atlas Mégapoles », 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gelézeau, « La Corée : territoires et sociétés de la « longue partition » », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 95-96.

Référence électronique

Valérie Gelézeau, « La Corée : territoires et sociétés de la « longue partition » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21652

Haut de page

Auteur

Valérie Gelézeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org