Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

LAS – Laboratoire d’anthropologie sociale

Marie Mauzé, Joëlle Rostkowski, Laurent Barry, Klaus Hamberger, Martine Gestin, Nathalie Manrique, Arouna P. Ouédraogo et Noëlie Vialles
p. 783-787

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marie Mauzé, directrice de recherche au CNRS
Joëlle Rostkowski, consultante à l’UNESCO

Histoire et anthropologie des sociétés nord-amérindiennes (États-Unis et Canada)

1Le séminaire de cette année constituait le deuxième volet d’une réflexion engagée en 2009-2010 sur le thème de la représentation et l’auto-représentation des cultures amérindiennes. Sur la base d’un certain nombre de textes fondamentaux et des travaux des intervenants, les premières séances ont été consacrées à la représentation de la présence indienne par le pouvoir fédéral et les institutions américaines. La rhétorique de la dépossession qui a accompagné la Conquête et la politique de « pacification » de la deuxième partie du dix-neuvième siècle ont été présentées en mettant l’accent sur le choix des mots dans la fabrique de l’histoire. Le premier trimestre s’est achevé par la présentation de la thèse de Thomas Grillot, consacrée au patriotisme amérindien (1917-1947), récemment soutenue à l’EHESS.

2Le deuxième trimestre a été axé sur la construction de l’ethnographie des sociétés autochtones, les réformes institutionnelles et la résistance amérindienne au XXe siècle. L’analyse a d’abord porté sur le rôle des ethnologues et de la Salvage Ethnography et sur les débats concernant la construction de l’« Indien authentique ». On a ensuite examiné les mutations associées à l’utopie réformatrice du New Deal indien (années 1930-1940), et le nouveau regard porté sur l’art et l’artisanat amérindiens. En point d’orgue, les interrogations sur les temps forts du Red Power et les stratégies de prise de parole des Amérindiens ont conduit à une réflexion commune sur la décolonisation des esprits et l’auto-représentation.

3La troisième partie du séminaire a été consacrée au renouveau culturel et artistique. Dans l’optique des nouvelles conceptions muséales, Isabelle Vinson, rédactrice en chef de la revue Museum International, a mis en évidence le rôle des instances internationales dans l’élaboration d’une nouvelle éthique. La muséologie du sacré a fait l’objet d’une séance fondée sur le mémoire de master 2 de Vincent Saporito. L’écrivain et critique d’art Gerald Vizenor (Université du Nouveau-Mexique) a présenté l’œuvre du peintre chippewa George Morrison. Dans la perspective du nouvel intérêt suscité par l’art autochtone, Gwenaëlle Guigon (École du Louvre) a fait une présentation sur la condition de l’artiste dans la société inuit contemporaine tandis que Céline Ramio (Musée de Boulogne-sur-Mer) a mis en évidence l’importance de la collection des masques sugpiaq rassemblés par Alphonse Pinart et le caractère novateur de la collaboration établie entre le musée et les artistes contemporains sugpiaq de l’île de Kodiak. Avec Michael Harkin (Université du Wyoming), la dernière séance, a porté sur les notions de territoires sacrés et de souveraineté indienne.

Laurent Barry, Klaus Hamberger, maîtres de conférences
Martine Gestin, Nathalie Manrique, docteurs

Les débats contemporains de la parenté : parenté, crime et châtiment

4Le séminaire de l’équipe Parenté du LAS était consacré cette année aux liens qui se tissent entre parenté, norme, droit et justice. Plus précisément, on s’est demandé ce que peut nous apprendre une anthropologie de la parenté sur la façon dont les sociétés conçoivent et gèrent l’anomie et la violence – la rupture des normes pouvant non seulement témoigner du dysfonctionnement des institutions de parenté, mais aussi éclairer leurs capacités performatives et leur signification.

5Le cycle des interventions a débuté par un exposé de Salvatore d’Onofrio qui a exploré les multiples liens entre parenté et guerre chez les Ayoré du Chaco paraguayen : liens à la fois négatifs (les liens claniques étant supprimés pendant la guerre), positifs (les chefs étant choisis parmi des fils de tueurs), métaphoriques (la quête d’amour comme expédition guerrière féminine) et réels (le réseau matrimonial étant en partie déterminé par la guerre).

6L’analyse des rites des meurtriers ayoré a trouvé un contre-point africain dans l’exposé de Stéphan Dugast sur le traitement rituel des meurtriers chez les Bassar du Togo. En principe affranchi de tout cadre de parenté, ce rituel n’en est pas moins destiné à écarter une sanction qui, elle, s’inscrit nettement dans ce cadre : la vindicte de la victime est censée poursuivre les enfants dont le meurtrier s’est fait l’ancêtre tutélaire.

7Cette manifestation des liens de parenté dans le domaine de la vengeance était également au cœur de trois interventions ayant pour sujet la vendetta : en Albanie (Jean-François Gossiaux), dans le Magne (Margarita Xanthakou) et en Sicile (Deborah Puccio-Den). Dans les trois cas, il a été question de contraster la vendetta comme système de vengeance contrôlée et régulée par les liens de parenté avec la violence déchaînée et paroxystique, respectivement caractérisée par les guerres interethniques de l’ex-Yougoslavie, la guerre civile grecque, ou encore la « guerre » entre familles mafieuses à l’époque de Toto Riina.

8La vengeance, ou plus généralement le mode de compensation pour un crime, a été mise en perspective par deux autres exposés qui ont traité de l’institution du « prix de sang » dans les sociétés arabes, que ce soit au Maroc (Raymond Jamous), ou en Algérie et au Soudan (Yazid Ben Hounet). Alors que le premier exposé l’a considérée par le biais d’une analyse des rituels de mariage, le dernier l’a prise comme point de départ pour rendre compte de certaines conceptions locales du clan.

9Contrairement à ces exposés traitant de la violence entre familles, clans ou segments lignagers, les exposés de Nehara Feldman et de Michael Gasperoni ont analysé, d’un point de vue respectivement ethnographique et historique, la violence dans le cadre domestique : dans le cas des violences des hommes contre les femmes dans un segment de lignage de la région de Kayes (Mali), ce cadre était déterminé par l’institution conjugale ; dans le cas des violences des femmes contre un homme dans une famille italienne du XVIIe siècle, il était, au contraire, déterminé par un système quasi dynastique de déviance sexuelle.

10Si la plupart des interventions a ainsi élucidé le fonctionnement de la parenté par le prisme de la déviance, l’exposé de Françoise Zonabend et de Chantai Collard s’est concentré, quant à lui, sur la déviance définie par le système de parenté lui-même, à savoir l’inceste. Mettant en rapport les lois sur l’inceste dans divers pays occidentaux avec les innovations biotechnologiques intervenues dans le processus de reproduction humaine, les intervenantes se sont attachées à éclairer le sort réservé aux acteurs, directs ou indirects, de cet acte incestueux.

11Conformément à la fonction de ce séminaire de servir d’espace de discussion pour la présentation de travaux en cours et de données de terrain récentes, nous avons accueilli « hors programme » un exposé de Catherine Baroin sur le système de parenté des Rwa (Tanzanie du Nord), système qui sera plus amplement discuté dans le cadre du séminaire de l’année prochaine, consacré aux systèmes de classe d’âge.

12Les résumés des exposés, dont la totalité a été enregistrée, sont disponibles sur le site web de l’enseignement.

Arouna P. Ouédraogo, chargé de recherche à l’INRA
Noëlie Vialles, maître de conférences au Collège de France

Anthropologie des relations hommes-animaux

13Le séminaire a poursuivi son exploration des relations entre hommes et animaux, sur le double registre des théories actuellement mobilisées pour les penser et des données acquises sur divers terrains ethnographiques.

14Cinq séances ont été employées par Noëlie Vialles à continuer la présentation des théories philosophiques convoquées par les réflexions et mobilisations contemporaines, et l’analyse de leurs usages.

15Les sept autres séances, dont quatre en collaboration avec l’équipe du LAS « Hommes et animaux : questions contemporaines », ont accueilli l’exposé des acquis de divers terrains ethnologiques :

16Anne-Élène Delavigne a analysé la formation et le fonctionnement de la « filière viande », qui tend à exclure progressivement les pratiques traditionnelles des bouchers-abatteurs. Entre la filière de production massive et l’expérience héritée d’une longue tradition, les tensions s’analysent comme l’opposition entre des normes formelles uniformes et des appréciations fondées dans l’expérience des variations du réel.

17Joachim Carreira a traité de la place des animaux dans le Parc national des Cévennes qui a, dès 1970, procédé à l’introduction d’animaux « sauvages », sous la surveillance de scientifiques et des agents du Parc. Depuis les années 1990, a été développée une ingénierie écologique visant à réguler aussi la gestion des animaux d’élevage. Ces dispositifs sont analysés comme des outils de production et de gouvernement d’un territoire.

18Marie Roué a ouvert la discussion, soulignant l’importance de prendre ainsi en compte la pluralité des acteurs en présence et combien la quasi-absence des sciences sociales dans la gestion du Parc a renforcé les malentendus entre les divers acteurs.

19Anne-Marie Brisebarre a traité de pratiques d’élevage liées à l’attachement des femelles pour leurs petits, observées auprès des éleveurs en France, au Maghreb et en Afrique de l’Ouest. Les connaissances scientifiques récentes expliquent le mécanisme biologique activé par ces pratiques traditionnelles : elles provoquent une montée d’ocytocine, « hormone de l’attachement », libérée lors de la mise-bas mais aussi de la tétée chez les mammifères.

20En contrepoint comparatif, Carole Ferret a présenté les pratiques des éleveurs de chevaux en Iakoutie, où les interventions humaines sont au contraire aussi réduites que possible.

21Arouna P. Ouédraogo a présenté les éléments nécessaires pour comprendre, d’une part, la place croissante des injonctions sanitaires et éthiques dans les pratiques alimentaires et, d’autre part, les modalités de réception de ces injonctions par les consommateurs. Les travaux empiriques précédents, combinés à un inventaire de la littérature spécialisée, fournissent la matière de cette analyse.

22Matthieu Fintz a étudié la place paradoxale des animaux, « sentinelles incertaines », dans l’histoire des perturbateurs endocriniens. D’un côté, les signaux d’alerte sont venus des biologistes qui observent des malformations et des troubles de la reproduction chez des espèces sauvages et des agences sanitaires qui héritent de cette histoire dès les années 1970. Mais d’un autre côté, la caractérisation et l’évaluation des risques s’effectuent dans un contexte où la protection des animaux limite toujours plus les modèles possibles, et où la pertinence du modèle animal est elle-même remise en question.

23La discussion, ouverte par Frédéric Keck, a porté sur le terme de « sentinelle », c’est-à-dire sur le type de guerre mené par les toxicologues qui alertent sur les effets de ces perturbateurs.

24Vanessa Manceron et Marie Roué ont présenté leur travail sur les groupes de protection des animaux. Vanessa Manceron a montré comment les groupes « animalistes » français ont fait de la grippe aviaire une occasion de promouvoir leurs revendications, la maladie des oiseaux d’élevage étant pour eux une maladie du système d’élevage industriel dont ils préconisent la disparition. L’analyse porte notamment sur l’iconographie utilisée, axée sur la proximité, voire l’identité, entre humains et animaux.

25Marie Roué a étudié les conflits entre protectionnistes et autochtones inuit dans une zone de protection de l’ours polaire, créée en 2008 en Alaska, mais que les Inuits utilisent pour développer une industrie pétrolière qui leur permet de financer des écoles et la chasse à la baleine. La controverse porte sur le qualificatif, « endangered » ou « threatened », et sur le dénombrement des ours ; elle se condense dans la question de l’ours comme emblème : emblème d’un territoire habité, ou d’une zone protégée ?

26Valérie Boudier a traité du thème de la boucherie qui apparaît dans la peinture flamande et italienne du XVIe siècle. Apparition conditionnée par la présence, dans les collections italiennes, de tableaux flamands illustrant déjà ce thème, mais aussi et surtout, par une ambiance culturelle, économique et politique, et par l’importance des corporations de bouchers, notamment à Bologne. En assimilant leurs propres gestes à ceux de l’activité bouchère, ces peintres des viandes et des carcasses s’adonnent à une pratique critique de la peinture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Mauzé, Joëlle Rostkowski, Laurent Barry, Klaus Hamberger, Martine Gestin, Nathalie Manrique, Arouna P. Ouédraogo et Noëlie Vialles, « LAS – Laboratoire d’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 783-787.

Référence électronique

Marie Mauzé, Joëlle Rostkowski, Laurent Barry, Klaus Hamberger, Martine Gestin, Nathalie Manrique, Arouna P. Ouédraogo et Noëlie Vialles, « LAS – Laboratoire d’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21620

Haut de page

Auteurs

Marie Mauzé

Articles du même auteur

Joëlle Rostkowski

Articles du même auteur

Laurent Barry

Articles du même auteur

Klaus Hamberger

Articles du même auteur

Martine Gestin

Articles du même auteur

Nathalie Manrique

Articles du même auteur

Arouna P. Ouédraogo

Articles du même auteur

Noëlie Vialles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org