Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Musique, musicologie et sciences sociales

Esteban Buch
p. 539-540

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Esteban Buch, directeur d’études

Musique et politique au XXe siècle

1Cette année le séminaire a pris pour objet principal le livre de Luciano Berio Un ricordo al futuro (Lezioni americane) (Einaudi, 2006), dans le but d’en préparer une traduction française et sa présentation critique. À partir de l’édition italienne et de l’édition américaine Remembering the Future (Harvard University Press, 2006) qui diffère par de nombreux aspects, nous avons ainsi soumis à discussion les différents problèmes stylistiques et philologiques posés par cette traduction, ainsi que les principaux éléments biographiques disponibles pour reconstituer l’histoire génétique du texte. Dans ce but nous avons entendu un exposé de Fabienne Durand-Bogaert (CRAL/EHESS) sur le travail du traducteur et ses liens avec l’écoute musicale. Parallèlement, nous nous sommes intéressés, dans une perspective analytique, à plusieurs œuvres musicales de Berio et leurs échos dans le discours théorique du compositeur – notamment Sequenza pour guitare, Formazioni et Sinfonia. Cette dernière œuvre, que Berio et ses premiers exégètes (dont son biographe David Osmond-Smith) inscrivent explicitement dans la lignée du modernisme, est pourtant devenue au fil du temps une sorte d’emblème pour tous les auteurs qui essayent de cerner la postmodernité musicale. Notre thématique a ainsi évolué vers le postmodernisme lui-même, et plus précisément sur les conditions de l’usage de ce terme dans le contexte historiographique et philosophique de ces dernières années. La dernière partie du séminaire a été consacrée à une série d’exposés d’étudiants sur les rapports entre postmodernisme et musique. En outre, au cours de l’année, certaines séances ont porté ponctuellement sur d’autres thématiques, telles que les rapports entre René Leibowitz, Pierre Boulez et Pierre Schaeffer étudiés à partir d’une relecture de Huis clos de Sartre, la notion d’écoute dans la pensée de Sigmund Freud et ses résonances chez le critique Max Graf, et l’ontologie de l’œuvre musicale revisitée dans le sillage de Roman Ingarden.

Publications

  • Avec Denys Riout et Philippe Roussin, Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes. Hommage à Rainer Rochlitz, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Enquête », 2011, 243 p.
  • « Réévaluer l’histoire de l’avant-garde musicale », dans Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes. Hommage à Rainer Rochlitz, op. cit., p. 85-104.
  • « Loisirs et genres musicaux : quelques remarques sur la sociologie de la légitimité culturelle », dans Culture du loisir, art et esthétique, sous la dir. de Yolaine Escande et Johanna Liu, Paris, Éditions You Feng, 2010, p. 117-128.
  • « Éloge de la réception (comme pour en prendre congé) », dans Lire, voir, entendre. La réception des objets médiatiques, sous la dir. de Pascale Goetschel, François Jost et Myriam Tsikounas, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 63-70.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteban Buch, « Musique, musicologie et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 539-540.

Référence électronique

Esteban Buch, « Musique, musicologie et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21332

Haut de page

Auteur

Esteban Buch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org