Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la parenté

Laurent Barry et Marie-Élisabeth Handman
p. 354-356

Texte intégral

Laurent Barry, Marie-Élisabeth Handman, maîtres de conférences

Anthropologie de la sexualité

1L’avant-guerre vit la publication d’une série de travaux majeurs – ceux de Bronislaw Malinowski (1930) ou de Margaret Mead (1928 et 1935) – qui, s’ils n’échappaient pas à la tentation d’un « exotisme de l’érotisme », n’en posaient pas moins clairement la sexualité comme problématique centrale et légitime de la discipline anthropologique. Compte tenu de ces heureuses prémisses, on s’étonne du mutisme subséquent de l’ethnologie sur ces questions.

2Cette déshérence, les manuels et autres chroniques retraçant l’histoire et l’actualité de la discipline en portent un ample témoignage. L’Anthropologie de la sexualité n’y apparaît jamais que comme une question secondaire abordée dans une nébuleuse de recherches individuelles et sous couvert de questionnements jugés plus présentables : ceux du politique ou du religieux, du genre ou de la parenté, etc. Pourtant, comme le suggéraient déjà ces prolégomènes à une anthropologie de la sexualité publiés dans les années 1930, moult indices témoignent du caractère social, global et culturellement déterminé tant des pratiques, des représentations que des expressions cognitives et phénoménologiques liées à cet objet. L’anthropologie a ainsi passé par pertes et profits un sujet qui ressort à l’évidence de son domaine de compétence qui eût pu faire lien entre des champs largement explorés – ceux du corps et de la personne, du genre et de la parenté, etc.

3Les premières séances du séminaire furent consacrées à une relecture critique des travaux de Malinowski, Mead et Evans-Pritchard. Ce dernier est l’un des rares, avec Pierre Étienne, à avoir abordé ouvertement les pratiques sexuelles, le premier chez les Azande, le second chez les Baoulés. Puis Laurent Barry a abordé la question de la prohibition de l’inceste et de sa définition anthropologique, à partir d’exemples historiques (Iran sassanide, Égypte ptolémaïque, Rome païenne et chrétienne, etc.) et contemporains (Ashanti, Na, mais aussi nos sociétés occidentales actuelles). Il a montré comment universalité rime ici avec variabilité culturelle, et les raisons de l’inscription proprement sociologique – plutôt que biologique – de cette institution.

4Nous avons également travaillé sur l’interdit du travestissement dans la tradition judéo-chrétienne, ce qui nous a conduits à nous interroger sur le nudisme et la « désexualisation » qui en résulte dans les lieux bien circonscrits où il est autorisé.

5Gaëlle Baltzer (Musée du quai Branly) nous a présenté une réflexion muséo-logique liant la statuaire africaine aux représentations occidentales de l’iconographie durant les premières décennies de la colonisation. Elle a ainsi développé une fort intéressante réflexion sur les mirages de l’érotisme africain et la manière dont ils se reflètent dans la tradition artistique européenne.

6Enfin, nous avons invité Gaëlle Lacaze, maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg, qui, s’appuyant sur la proposition de Marcel Mauss de travailler sur les techniques du corps en jeu dans la sexualité, nous a parlé des représentations de la sexualité et des pratiques sexuelles en Mongolie.

7En novembre 2007, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par l’Équipe « Corps et Affects » (LAS) au Collège de France, Laurent Barry a présenté, avec Corinne Fortier, un exposé sur « L’anthropologie de la sexualité »

8En novembre 2008, il a participé au 20e Forum Le Monde-Le Mans consacré à « D’où venons-nous ? Retours sur l’origine », organisé par le Jean Birnbaum, Le Monde et la municipalité du Mans. Il y a présenté une conférence : « Qui sont nos enfants, où sont nos parents ? »

9En décembre 2008, il a présenté une communication « Aux origines de la filiation », au Colloque Gipsy VIII (gynécologie/psychanalyse) organisé par le Pr. René Frydman et Muriel Flis-Trève à la Faculté de Médecine de Paris.

10M.-E. Handman a participé au colloque de Gênes organisé par les Universités de Gênes et de Sienne et par l’EHESS du 10 au 12 mai 2007 sur « Le corps impur et ses représentations dans les littératures médiévales ». Communication : « Le corps impur : regard anthropologique » ; elle a été présidente de l’atelier sur la prostitution au Colloque international « Normes et contre-normes : dés/humanisation des femmes et sexualités » organisé par le CEDREF (Université Paris-VII) les 14 et 15 juin 2007.

Publications

Laurent Barry

  • « Qui sont nos enfants, où sont nos parents ? », 20e « Forum Le Monde-Le Mans » sur le thème « D’où venons-nous ? Retours sur l’origine », vidéo accessible sur http://www.motionbox.com/​video/​list_tagged_videos/​tag/​d/​user/​ForumLeMansLeMonde, 2008.
  • La parenté. Paris, Gallimard, Folio Essais, 2008.
  • « Aux origines de la filiation », dans René Frydman & Muriel Flis-Trève, Origines de la vie... vertiges des origines, Paris, PUF, 2008, p. 57-107.
  • « L’Homme de qualité », dans « Voir et reconnaître. L’objet du malentendu », Gradhiva, 6, 2007, p. 6-17.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Barry et Marie-Élisabeth Handman, « Anthropologie de la parenté », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 354-356.

Référence électronique

Laurent Barry et Marie-Élisabeth Handman, « Anthropologie de la parenté », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/19332

Haut de page

Auteurs

Laurent Barry

Articles du même auteur

Marie-Élisabeth Handman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org