Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Europe du Sud

Marie-Élisabeth Handman
p. 420-421

Texte intégral

Marie-Élisabeth Handman, maîtresse de conférences

1La prostitution, études comparatives

2Les premières séances ont été consacrées à des questions théoriques et d’abord à une nouvelle discussion du livre de Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échanges économico-sexuels (Paris, L’Harmattan, 2004). Car sa thèse selon laquelle la sexualité féminine ne s’échange jamais purement et simplement contre de la sexualité masculine (autrement dit les hommes doivent toujours payer, que ce soit dans un rapport marital ou prostitutionnel, au motif que la sexualité féminine serait encastrée dans le devoir de reproduction et des services domestiques et psychologiques, et que ce sont ces devoirs et services que paieraient les hommes) ne semble pas permettre d’expliquer la prostitution masculine en direction aussi bien des femmes que des hommes. Cette interrogation a conduit à s’intéresser aux transformations, si menues soient-elles des rapports de sexe dans le souci de l’autre. Nous avons donc commenté l’ouvrage de Jeffrey Weeks, Invented moralities. Sexual values in an age of incertainty (New York, Columbia University Press, 1995) dans lequel il montre comment l’épidémie de sida a appris aux hommes homosexuels à prendre soin de l’autre (to care) ; et l’ouvrage sous I a direction de Patricia Paperman et Sandra Laugier, Le souci des autres : éthique et politique du care (Paris, Éd. de l’EHESS, 2006). Le constat final de ces séances est que l’on manque de matériau empirique sur la prostitution masculine. Puis, comme l’un des arguments abolitionnistes contre la prostitution est que c’est un travail très pénible, nous avons étudié deux livres sur la souffrance au travail dans d’autres professions : Jean-Pierre Levaray (Putain d’usine, Paris, L’Insomniaque, 2002) et Christophe Dejours : Souffrance en France (Paris, Le Seuil, 1998), pour constater que la prostitution librement consentie était infiniment moins pénible physiquement et psychiquement que bien d’autres métiers ne faisant pas l’objet de la même opprobre. Puis une séance a été consacrée à une conférence de Mikhaïl Xifaras, philosophe du droit, sur « Suis-je propriétaire de mon corps ? », question posée en réponse à l’affirmation féministe « Mon corps m’appartient ». Sur cette question le droit évolue avec les techniques biomédicales, mais, pour Mikhaïl Xifaras, c’est aux citoyens de s’en emparer, car le droit en tant que tel n’a pas de politique en la matière.

3Les séances suivantes ont fait place aux travaux d’étudiants : Nicolas Laniez a présenté l’état de ses travaux sur la dette filiale et la prostitution dans le delta du Mékong ; Marina França sur la prostitution à Belo Horizonte (Brésil), Yang Fon-Ming sur la prostitution à Taïwan et Lola Gonzalez sur l’espace urbain à Paris et la prostitution au XIXe siècle. Les autres séances ont porté sur le genre. Lionnel Lecorre a analysé le deuil homosexuel à partir principalement du triangle rose actupien ; Mélanie Gourarier, les lieux de speed dating et leurs spécificités selon les milieux sociaux. Enfin Amélie Cabocel a présenté son travail sur la photographie et le genre, ainsi que son expérience d’enseignement de la photo et de la vidéo auprès d’enfants sourds et d’adultes aveugles en Israël et en Cisjordanie.

4Par ailleurs, quatre membres du séminaire (Malika Amaouche, Catherine Deschamps, Françoise Gil et Marie-Élisabeth Handman) ont participé à l’ouvrage collectif dirigé par Gérard Laniez : Grisélidis Réal, La nuit écarlate ou le repas des fauves, La Rochelle, Association Himeros, 2006.

5Enfin, les participants au séminaire ont organisé, par le biais de l’association Femmes de droits-Droits des femmes, avec d’autres associations, les assises de la prostitution qui se sont tenues à Paris le 16 mars 2007 et dont les actes seront publiés par leurs soins en automne 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Élisabeth Handman, « Anthropologie sociale de l’Europe du Sud », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 420-421.

Référence électronique

Marie-Élisabeth Handman, « Anthropologie sociale de l’Europe du Sud », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/18791

Haut de page

Auteur

Marie-Élisabeth Handman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org