Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Ruralités contemporaines

Joseph Goy, Rolande Bonnain, Jacques Cloarec, Bernadette Lizet, Martyne Perrot, Martin de La Soudière et Pierre Alphandéry
p. 209-210

Texte intégral

Joseph Goy, directeur d’études
Rolande Bonnain et Jacques Cloarec, maîtres de conférences avec Bernadette Lizet, directrice de recherche au CNRS
Martyne Perrot et Martin de La Soudière, chargés de recherche au CNRS
Pierre Alphandéry, chargé de recherche à l’INRA

Séminaire interdisciplinaire de recherche

1La première séance du séminaire a été consacrée à « L’agriculture intensive face aux pressions environnementales ». Des exploitations ayant suivi les modèles de développement se caractérisent par une standardisation des méthodes et une logique productiviste. Cette agriculture d’entreprise ne néglige pas pour autant les produits liés à des qualités particulières des territoires (Hélène Brives, sociologue). Cette dernière a centré son intervention sur la manière dont les exploitants vivent le problème posé par l’épandage des lisiers de porcs issus des exploitations spécialisées. S’il existe, depuis la directive européenne Nitrates, une réglementation sur l’épandage dont l’application n’a cessé de poser problème en Bretagne, la pression environnementale ne s’est fait réellement sentir sur les céréaliers qu’à l’occasion de la mise en œuvre récente du principe d’écoconditionnalité au sein de la politique agricole de l’Union européenne. M. Archambeaud (agronome) a expliqué d’où venait un mouvement récent visant à limiter, voire supprimer les labours. Ce changement dans la représentation du métier a été Illustré par le témoignage de L. Joiris, céréalier dans l’Essonne.

2Une seconde séance a été dédiée aux convergences entre géographes et ethnologues à l’occasion de la sortie du numéro spécial d’Ethnologie française. Marie-Claire Robic, géographe, a parlé de son itinéraire professionnel. L’histoire disciplinaire de la géographie est longue et elle s’est beaucoup diversifiée. Les rencontres avec les ethnologues sont nombreuses autour d’objets comme les produits du terroir, le patrimoine, l’identité, le territoire. Elle a souligné les situations d’hybridation disciplinaire au sein des équipes, les programmes, les savoirs. Va-t-on vers une interdisciplinarité ou une plus grande réflexivité ? Aline Brochot, géographe, a parlé de son parcours professionnel et souligné l’importance de la question de la valeur des lieux comme objet commun aux deux disciplines.

3La campagne nourricière de la ville a été le thème d’une séance où sont intervenus deux historiens qui ont étudié la production et la commercialisation des fruits et légumes dans la région parisienne, Florent Quellier pour l’époque moderne (XVIe-XVIIIe) et Antoine Jacobson pour l’époque contemporaine (XIXe-XXe). L’un et l’autre ont mis l’accent sur le rôle des élites parisiennes dans l’évolution des habitudes alimentaires et le renouvellement constant des techniques et des modes de commercialisation inventés par les maraîchers-fruitiers.

4Lors de la séance Femmes en agriculture cultures comparées (Andalousie, Franche-Comté, Tunisie), Alya Gana et Philippe Cardon, sociologues sont intervenus. Dans l’analyse des dynamiques de restructuration de l’agriculture familiale, une place importante est aujourd’hui accordée à la question du genre et aux rapports intergénération. Des liens étroits existent entre transformations des systèmes productifs et réorganisation du travail familial sur des terrains comme la Tunisie, où Alya Gana a montré la capacité à mobiliser le travail familial en renégociant les relations hommes/femmes. En Franche-Comté et en Andalousie, Philippe Cardon s’est intéressé aux trajectoires professionnelles « détournées » des femmes : salariées à titre principal hors de l’exploitation devenant agricultrices en Franche-Comté, agricultrices devenant salariées hors de l’exploitation en Andalousie à différents moments des cycles de vie et des cycles de transmission des patrimoines.

5Vanessa Manceron et Laurence Bérard, ethnologues, à propos de « La Dombes » 1980-2000 : nouveaux usages de la campagne ?, ont abordé cette problématique sur la base de terrains de thèse effectués pour la première dans les années 1980 et pour la seconde dans les années 2000. Les deux chercheuses traitent du rapport à la nature et sa domestication (gestion de l’eau dans ce monde des étangs construits par l’homme et sous étroit contrôle social). Mais Vanessa Manceron a privilégié le jeu des rapports de pouvoir et la gestion des conflits, singulièrement mis en scène autour de l’étang et dans les actions saisonnières qui s’y déroulent, Laurence Bérard focalisant l’attention sur le système technique de l’eau. Les discussions ont porté sur trois points : la complexité sociologique locale, l’enjeu environnemental (zone humide d’intérêt majeur à l’échelle européenne) et la capacité de la société locale à en jouer, la spécificité de la dynamique des produits de terroir en Dombes.

6La précarité n’est pas l’apanage des grandes villes. En milieu rural, elle prend, jusqu’à un certain point, des formes spécifiques. Ce sont ces « itinérances » qui ont été mises en lumière dans la séance Itinérances : du SDF au routard. Gisèle Dambuyant-Wargny, sociologue, a observé la construction de cabanes, etc., à la grande périphérie de Paris. Noël Jouenne, ethnologue, a montré comment la figure du routard n’est pas honteuse comme celle du SDF et que ceux qui l’incarnent se retrouvent de petite ville en petite ville, hébergés dans des centres d’accueil ou dormant sous la tente, partageant un peu comme les hobos américains des années 1930 une « culture de la route ».

7Autour du film de Jean Pascal Fontorbes, Le village qui fait jazzer et en sa présence ainsi que celle de son coauteur, Anne Marie Granié, sociologue, la question posée était celle du classement de ce type d’événement dans les cultures régionales et la culture locale ? Ce type d’innovation culturelle déborde le plan local en participant à des circulations que l’on retrouve dans « la festivalomanie » actuelle. Le film montre aussi les bénéfices identitaires d’une telle manifestation, notamment chez des bénévoles qui trouvent là l’occasion de créer du lien social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Goy, Rolande Bonnain, Jacques Cloarec, Bernadette Lizet, Martyne Perrot, Martin de La Soudière et Pierre Alphandéry, « Ruralités contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 209-210.

Référence électronique

Joseph Goy, Rolande Bonnain, Jacques Cloarec, Bernadette Lizet, Martyne Perrot, Martin de La Soudière et Pierre Alphandéry, « Ruralités contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/17459

Haut de page

Auteurs

Joseph Goy

Articles du même auteur

Rolande Bonnain

Articles du même auteur

Jacques Cloarec

Articles du même auteur

Bernadette Lizet

Articles du même auteur

Martyne Perrot

Articles du même auteur

Martin de La Soudière

Articles du même auteur

Pierre Alphandéry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org